Publié le 28-10-2011

Rached Gannouchi : On préfère voir des non-voilées, mieux que des hypocrites …

" On préfère voir des non voilées, mieux que des hypocrites " avec cette réponse, Rached Gannouchi a mis fin à toutes les polémiques qui tournent autour du voile et autour de plusieurs autres dossiers épineux en rapport avec libertés de la femme en Tunisie. " Il y avait beaucoup de gens qui ont semé la peur des islamistes, aujourd’hui, je vous assure et je vous promets : Nous n’obligerons personne à faire quelques chose qu’il ne veut pas. Les libertés seront garanties et respectées."  a-t-il ajouté au cours d’une conférence de presse tenue aujourd’hui.



Rached Gannouchi : On préfère voir des non-voilées, mieux que des hypocrites …

" Ennahdha a réussi à s’imposer parce que le peuple le veut, et parce qu’elle le méritait " a affirmé le leader Rached Gannouchi qui a salué aujourd’hui tous ceux qui ont voté pour Ennahdha, tous ceux qui ont mené la révolution de la dignité et de la liberté avant de saluer ses " opposants " qui ont accepté les règles du jeu et qui ont admis la souveraineté de la démocratie…

Pour le futur de ses relations avec les autres partis politiques, Gannouchi a indiqué qu’il va collaborer avec tous les partis pour le bien de la Tunisie : " Laminé pendant des décennies sous la dictature de Ben Ali, on n’a pas l’intention, jamais, de gouverner seuls. Bien au contraire, on est prêt à collaborer avec toutes les parties quelques soient les tendances politiques : Moncef Marzouki, Mustapha Ben Jaafar, le chef du parti Ettakatol, Beji Caïd Essebsi et les membres gouvernement transitoire…"

Concernant les retombées de l’annonce des résultats des élections qui ont généré quelques actes de violence à Sidi Bouzid, Gannouchi a appelé au calme : " Nous saluons Sidi Bouzid, d’où est partie la première étincelle de la révolution qui a renversé le régime de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali. Nous appelons au calme , ne cédez pas à la violence. Vous avez fait les premiers pas vers la liberté et la dignité, maintenant il faut aller jusqu’au bout du chemin pour savourer le fruit de cette révolution qui vous rendra vos droits violés du passé… "

En répondant aux questions posées par les journalistes sur l’avenir des droits et des libertés de la femme en Tunisie, le chef du parti islamiste Tunisien a dit son dernier mot, comme pour finir avec toutes les rumeurs : " On n’a et on n’aura aucun projet qui oblige les gens à nous suivre sans le vouloir. Chacun aura sa liberté de penser. On ne veut pas d’hypocrisie. On n’a pas l’intention d’obliger une femme à porter le foulard. On préfère voir des non voilées, mieux que des hypocrites … "

Décidément, Ennahdha a bien changé… mais, pour certains, quelques doutes persistent quant au sérieux de la reconversion.


H.Manel
500-200.jpg 500-1.jpg 500-2.jpg 500-3.jpg 500-4.jpg 500-5.jpg