Publié le 01-02-2010

Switch off : éteindre la haine et le racisme !

 

« Switch off » est le nom d’un groupe de métal et de rock progressif qui tend à éteindre l’agressivité, la violence et le racisme. En perpétuelle évolution, le groupe vient d’enregistrer, pour la première fois, une démo, dans le studio de Lotfi Bouchnek.



Switch off : éteindre la haine et le racisme !

 

« Switch off » est le nom d’un groupe de métal et de rock progressif qui tend à éteindre l’agressivité, la violence et le racisme. En perpétuelle évolution, le groupe vient d’enregistrer, pour la première fois, une démo, dans le studio de Lotfi Bouchnek.

 

Ils sont six jeunes musiciens et une chanteuse. Le chef du groupe, Ibrahim Ben Abdallah, est guitariste. Sur la Clarinette, Saxophone et flûte, Mohammed Ali Gueblaoui, fait sa touche tantôt orientale et tantôt jazzy sur la musique de Switch off. Hichem Gumir joue sur la keyboard et à ses côtés Tarek Hattab s’occupe de Drums. Quant à la Bass, c’est Ahmed Hosni qui la prend en main. Tous ces jeunes garçons sont accompagnés par la voix douce de Rim Manaai.

 

Chaque dimanche, les membres du groupe se retrouvent dans la Maison de jeunes à Hammam Lif pour les répétitions. Discussions, recherche musicale et sérieux, ils cherchent toujours à exploiter le meilleur de leurs talents.  Actuellement, Switch off se prépare pour le grand festival « Accord de guitare ». Le groupe montera sur la scène de la Maison de jeunes à El Menzah6 , le 6 février à 16h.

 

Parmi les plus importants concerts dont lesquels, Switch off a participé, nous pouvons citer « Rebllion 12 », un évènement à Géant en juin 2009, et un concert que le groupe a organisé en fin 2008 à la Marsa. Toujours actif et interactif avec leur public, Switch off possède un groupe fan sur facebook et un compte Myspace qui présente ses nouveautés.

 

Ambition ? « Musique, musique et encore de la musique » répond Ibrahim. Il rêve de découvrir d’autres pistes de création dans la musique. Ses amis sont aussi passionnés que lui. « Nous ne sommes pas dans le commercial … nous sommes des amateurs mélomanes. Notre but est de faire de la musique. Pas n’importe laquelle… quelque chose de valeur… » Affirme Ahmed Hosni.

 

Du côté humain, en les côtoyant, on peut constater l’amour et l’amitié qui les relient entre eux. Pour mélanger les tendances et l’underground de chacun, il faut beaucoup de patience et de tolérance. La chaleur du groupe fait que tout le monde s’identifie dans les morceaux arrangés d’une façon collégiale.

 

Les chansons de Switch off sont, en général humanitaires. Déjà le nom du groupe fait allusion à la lutte contre le racisme, la violence, la haine et la discrimination. Une cause qui mérite le soutien dans un monde de plus en plus violent. Les paroles sont en anglais pour garder l’aspect universel. Aussi, le groupe travaille beaucoup sur l’instrumental et en fait ses propres morceaux.

 

Pour découvrir de près ces jeunes talents, Tuniscope s’est rendu à la maison de jeunes de Hammam Lif où Switch off fait, tous les dimanches, ses répétitions. Vous trouverez ci-dessous, notre reportage en vidéo.  

 

Henda

 

 


switchoff-010210-1.jpg switchoff-010210-10.jpg switchoff-010210-2.jpg switchoff-010210-3.jpg switchoff-010210-4.jpg switchoff-010210-5.jpg switchoff-010210-6.jpg switchoff-010210-7.jpg switchoff-010210-8.jpg switchoff-010210-9.jpg