Publié le 14-01-2022

L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale

Plus de deux ans après la découverte du virus Covid-19, l'économie mondiale fait face à une nouvelle vague de la pandémie. Au cours des deux dernières années, le virus Covid-19 a muté et évolué à travers un certain nombre de variantes préoccupantes (VOC), la dernière en date étant Omicron. La réponse de l'humanité à la pandémie a également évolué en plusieurs étapes, allant du confinement strict au développement de vaccins efficaces, en passant par la réouverture et des restrictions plus ciblées.L'évolution du virus et les confinements initiaux ont d'abord conduit à la plus grande récession mondiale synchronisée depuis la Seconde Guerre mondiale, début 2020. Ensuite, les vagues ultérieures de la pandémie ont agi comme des vents de poupe sur la reprise économique mondiale d'intensité décroissante.



L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale

Notre analyse explique l’impact de l’Omicron sur le ralentissement de l'économie mondiale et pourquoi nous nous attendons à ce que ce facteur de ralentissement soit à la fois limité et temporaire. 

Graphique 1 : Nouveaux cas confirmés quotidiens, par région (par million d'habitants, moyenne mobile sur 7 jours) 

De prime abord , Omicron est plus contagieux que les COV précédents et a entraîné une augmentation massive des cas de Covid-19 (graphique 1). Avec 36 mutations dans la protéine spike, Omicron est environ deux à trois fois plus transmissible que la variante Delta. En outre, les mutations d'Omicron signifient également que les anticorps d'une infection précédente, ou les vaccins développés pour cibler le virus original, sont beaucoup moins efficaces. Par exemple, on estime que la protection conférée par deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech contre toute infection symptomatique est tombéeen dessous de 40 %.En effet, il est juste de dire que les vaccins n'ont pas été en mesure de prévenir les infections légères et la transmission de la variante Omicron.

Ensuite, Omicron a déjà touché le nerf de l'économie mondiale. Omicron est arrivé en Europe et en Amérique du Nord au moment où la saison des fêtes encourageait les voyages et les grands rassemblements en intérieur. En conséquence, ces régions ont connu la plus forte augmentation des cas jusqu'à présent et les pays ont dû renforcer les restrictions pour éviter de surcharger leurs systèmes de santé (graphique 1). Ces deux régions représentent la part du lion (53 %) du PIB mondial et possèdent d'importants secteurs de services aux consommateurs, qui sont les plus vulnérables aux restrictions gouvernementales, aux fermetures ou aux personnes qui choisissent simplement de rester chez elles.

Graphique 2 : Nouveaux cas quotidiens confirmés de COVID-19, décès et taux brut de mortalité (par million d'habitants, moyenne mobile sur 7 jours)

En résumé, nous prévoyons un impact négatif sur l'activité économique mondiale à partir du quatrième trimestre 2021 et jusqu'au premier trimestre 2022, car Omicron est très contagieux et a touché le cœur de l'économie mondiale. Nous allons maintenant voir pourquoi nous pensons que l'impact négatif d'Omicron sur l'économie sera à la fois limité et temporaire.

L'Omicron s'avère moins grave que les autres COV et il est clair que les vaccins restent efficaces pour réduire la gravité de l'infection. En témoigne le taux brut de mortalité (nombre de décès par cas déclaré) qui n'est plus que de 0,3 % au moment de la rédaction du présent rapport, contre 3 % au début de 2021 (graphique 2). En effet, les études montrent que la protection conférée par deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech contre les maladies graves reste robuste, à 70 %. De plus, les personnes qui ont également reçu des rappels sont encore mieux protégées contre les maladies graves.

Les gouvernements ont donc renforcé les restrictions de manière plus ciblée que lors des précédentes vagues de la pandémie. En outre, les restrictions ne devraient être nécessaires que pendant une courte période, les gouvernements et les populations devenant plus tolérants vis-à-vis d'un nombre plus élevé de cas en raison de la réduction de la gravité et du taux de mortalité plus faible. Nous nous attendons également à ce que le renforcement de l'immunité naturelle, ainsi que la poursuite des campagnes de vaccination, contribuent à réduire le nombre de nouveaux cas, même si les restrictions sont levées plus tard dans l'année.

En conséquence, nous nous attendons à ce que le FMI revoie à la baisse son estimation de la croissance du PIB mondial en 2021 et ses projections pour 2022 dans la prochaine mise à jour de janvier de ses Perspectives économiques mondiales. Toutefois, nous ne prévoyons que de modestes révisions à la baisse pour ces deux années vu que l'impact d'Omicron sur la croissance ne se fera sentir qu'à la fin de 2021 et l'impact négatif au début de 2022 sera partiellement compensé par une activité plus forte plus tard dans l'année.