Publié le 19-08-2011

Propagande électorale : le paysage médiatique nécessite une régulation

Evoquant aujourd'hui les principales préoccupations concernant le processus électoral, les représentants des partis politiques ont particulièrement cité la propagande électorale. Ils ont souligné et mis en cause l'écart important entre les moyens dont disposent les différents partis en vue de financer la campagne électorale.



Propagande électorale : le paysage médiatique nécessite une régulation

La propagande politique pré-électorale a été précisément citée par plusieurs participants à la rencontre qui se sont interrogés sur les sources de financement de certains partis politiques. "Le paysage médiatique dans son acception globale nécessite une régulation", a soutenu Ghazi Gherairi, professeur en droit constitutionnel et membre de la haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution.
 

Il relève à ce propos l'existence d'un vide juridique en ce qui concerne la propagande politique dans la mesure, dit-il, où le décret-loi électoral se limite à préciser les modalités de l'accès aux médias durant la campagne électorale, soit 22 jours avant le jour du vote.
 

Cette question soulevée avec insistance par l'ensemble de la classe politique en Tunisie fera l'objet d'une décision publiée la semaine prochaine. Cette décision aura pour objectif d'organiser la propagande et d'interdire toute action susceptible d'influencer l'électeur.