Publié le 15-04-2011

Sarkozy, Obama et Cameron: Kadhafi doit partir !

La chute du leader Libyen est désormais l'objectif avoué de l'Otan, expliquent les trois dirigeants dans une tribune commune. Cela revient "certainement" à sortir de la résolution de l'ONU, a estimé le ministre français de la Défense Gérard Longuet.



Sarkozy, Obama et Cameron: Kadhafi doit partir !

" Impossible d'imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi ". Les mots choisis par Nicolas Sarkozy, Barack Obama et David Cameron ce vendredi dans une tribune commune sont forts. La chute de Kadhafi est désormais l'objectif avoué des alliés de l'Otan qui s'étaient réunis la veille à Berlin. Les trois dirigeants ont souligné la nécessité de continuer les opérations militaires pour accélérer le départ de Mouammar Kadhafi et permettre une transition.

" Il ne s'agit pas d'évincer Kadhafi par la force. Mais il est impossible d'imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi (...) il est impensable que quelqu'un qui a voulu massacrer son peuple joue un rôle dans le futur gouvernement libyen ", écrivent les présidents français et américain et le Premier ministre britannique dans quatre quotidiens. C'est la première fois que l'Otan se prononce aussi clairement et unanimement sur la nécessité du départ du pouvoir du leader libyen.

Pour accélérer le départ du numéro un libyen, ils estiment que " l'Otan et les partenaires de la coalition doivent maintenir leurs opérations afin que la protection des civils soit maintenue et que la pression sur le régime s'accroisse ". Les Etats-Unis ont toutefois refusé jeudi de revenir en première ligne en Libye.

Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a admis ce vendredi que l'on était "certainement" en train de sortir de la résolution 1973 de l'ONU sur la Libye avec la tribune publiée par Barack Obama, Nicolas Sarkozy et David Cameron.

A la question " est-ce qu'on n'est pas en train de sortir de la résolution de l'ONU? ", le ministre à répondu sur LCI: "De la résolution 1973 certainement, elle n'évoquait pas l'avenir de Kadhafi". "Mais je pense que trois grands pays qui disent la même chose, c'est important pour les Nations-Unies et peut-être un jour le Conseil de sécurité prendra une résolution", a-t-il poursuivi.

Pour lire la suite : L'Express


kadhafi-140411-1.jpg