Publié le 06-03-2018

Kadhem Saher - 30 juillet 2010

La 46ème édition du festival international de Carthage vous propose pour la soirée du vendredi 30 juillet 2010, Kadhem Al Saher



Kadhem Saher - 30 juillet 2010

La 46ème édition du festival international de Carthage vous propose pour la soirée du vendredi 30 juillet 2010, Kadhem Al Saher
 
Né en 1958, de nationalité irakienne, de son vrai nom Kathem Jabbar Ibrahim Al Samarrai ; Kadhem Al Saher est un célèbre chanteur et musicien arabe.
 
Il s'est établi comme l'un des chanteurs les plus accomplis dans le monde arabe. Allant des grandes ballades musicales romantiques, à des travaux plus engagés, de la pop au classique arabe, il a couvert le spectre de la musique avec un genre de succès peu connu depuis l'âge d'or de Oum Kalthum.
 
Satisfait du bout de chemin parcouru depuis des années, triste pour chaque goutte du sang irakien qui coule arrosant la terre sainte du Tigre et de l’Euphrate, tel s’est présenté le chanteur Kadhem Al Saher dans une de ses conférences de presse.
Il parle sans gants ni détours. Il a osé dire une fois «Je considère chaque concert comme un rachat de mes péchés. C’est une fenêtre qui s’ouvre chaque fois pour éclairer quelques zones sombres de mon esprit et de mon cœur».
Il semble ne point oublier l’Irak. Le cœur blessé, «Le rossignol de l’Irak», comme l’appellent certains critiques, a déclaré «l’Irak est dans mon âme et dans mon esprit, son amour coule dans mes veines ». L’homme aux yeux tristes a su demeurer, grâce à cette touche romantique qui a marqué ses chansons, sous les feux de la rampe.
 
Populaire en Tunisie, Citoyen du monde, sollicité par plusieurs festivals et de grands galas dans le monde, Kadhem Al Saher a eu la satisfaction de recevoir essentiellement le prix de la BBC et le prix du public pour la meilleure musique universelle.
Loin de la politique, et par rapport à l’amour, qu’il prône et chante, Kadhem Al Saher a déclaré une fois «Je ne suis pas encore marié… Je cherche une femme qui me rend l’équilibre… Cette femme sera ma patrie». A l’instar de Nizar Kabbani, Kadhem Al Saher se déclare être un nouveau maître de l’amour «Je suis un grand enfant, heureusement que l’art n’a pas su me prendre vers l’autre rive de la vie», dit-il, et d’ajouter: «J’ai des fans dont l’âge ne dépasse pas les 4 ans et c’est fantastique!».