Publié le 19-01-2022

Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale

La Confédération syndicale internationale a exprimé dans un communiqué aujourd'hui, mercredi 19 janvier 2022, sa profonde inquiétude face à ce qu'elle a appelé "la répression dont est victime le travail syndical de la part des autorités tunisiennes dirigées par le président Kais Saied".



 Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale

Le communiqué considérait que "la crise en Tunisie s'est aggravée depuis que le président de la République, Kais Saied, a limogé le chef du gouvernement l'année dernière, s'est emparé du pouvoir absolu, a suspendu les travaux du Parlement et a assumé le pouvoir législatif, dans un contexte de pauvreté croissante, le chômage et la mauvaise gestion de l'épidémie de Covid-19." 

Pour sa part, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, Sharan Burao, a déclaré, selon le même communiqué, que "l'espoir qui était né avec la révolution tunisienne a été anéanti à cause de ce qu'elle considérait comme le comportement tyrannique du président Kaïs Saied."

Elle a expliqué : « Le président tunisien, qui a rejeté les appels répétés de l'Union générale tunisienne du travail à travailler ensemble pour résoudre les vrais problèmes du pays, a eu recours à la répression violente.»
Elle a fait référence au processus de siège de la télévision nationale par les forces de pour briser la grève des techniciens de la télévision nationale, et ce dont les manifestations ont été témoins le 14 janvier de violences par les forces de sécurité.

 Sharan a rappelé "le rôle vital joué par l'Union générale tunisienne du travail dans la révolution tunisienne, qui, selon elle, a continué, depuis lors, à jouer un rôle central dans le pays".

Elle a souligné "le soutien de la Confédération syndicale internationale à l'organisation des travailleurs et à ses membres", soulignant que le syndicat fera tout son possible pour leur apporter son aide afin de mettre fin à la répression.