Publié le 16-09-2021

Tunisie : Lorsque Bouchlaka évoque ''la magie''

Le dirigeant Nahdhaoui Rafik Abdelsalam, a estimé que la nouvelle Tunisie se caractérisait par une recette magique de coups d'État.



Tunisie : Lorsque Bouchlaka évoque ''la magie''

"Cette recette sera étudiée dans les années à venir dans les départements de science politique et de relations internationales des universités les plus prestigieuses", a-t-il ajouté.
 « Cette recette peut se résumer dans ce que l'on peut appeler la tactique de l'aggravation, en investissant au maximum dans les problèmes et la douleur des gens. Les composants de cette recette peuvent être désassemblés en les éléments suivants :

D'abord : nommer un chef du gouvernement, puis se quereller avec lui et tenter de le renverser quelques jours plus tard, par tous les moyens.

Deuxièmement : S'abstenir de prêter le serment des ministres qui ont été recommandés par l'Assemblée des représentants du peuple, alléguant des soupçons de corruption.

Troisièmement : Le refus de ratifier la loi sur la formation de la Cour constitutionnelle.

Quatrièmement : clochardiser le Parlement, et la sécurité présidentielle officiellement chargée de protéger l’ARP en s'abstenant d'exercer son rôle de contrôle de la situation afin de persister dans l'agitation, puis de saper l'Assemblée du peuple et de diffamer son image dans l'opinion publique.

Cinquièmement : Posséder les vaccins et les aides médicales et les stocker, puis les utiliser plus tard pour générer l'impression du succès du héros fidèle.

Sixièmement : faire bouger la rue pour justifier l'utilisation d'un chapitre de la constitution (chapitre 80) avec une interprétation arbitraire pour saisir l'autorité sous le titre de danger imminent et envahissant.

Enfin et surtout, argumenter sur la légitimité et la constitution, puis demander sa suspension et son annulation, et si cela n'est pas possible, la réélaborer en fonction de la taille, » a conclu le nahdhaoui.