Publié le 03-09-2013

Microsoft va racheter les téléphones Nokia pour 5,44 milliards d'euros

L'équipementier en télécoms finlandais Nokia va céder ses téléphones portables au géant informatique américain Microsoft pour 5,44 milliards d'euros, jetant ainsi l'éponge dans un métier dont il fut longtemps numéro un mondial.



Microsoft va racheter les téléphones Nokia pour 5,44 milliards d'euros

La décision a été plébiscitée par les investisseurs qui ont propulsé l'action du groupe de 45% à la Bourse d'Helsinki, à 4,3 euros.


Nokia va désormais se concentrer sur les activités de services et la construction de matériels pour opérateurs de réseaux, une décision qualifiée de "meilleur chemin pour aller de l'avant, à la fois pour Nokia et pour ses actionnaires", selon son président Risto Siilasmaa, cité dans un communiqué.


De son côté, Microsoft va pouvoir "intensifier ses succès dans les smartphones", a annoncé son PDG Steve Ballmer lors d'une conférence téléphonique.
 

Microsoft suit ainsi les traces de son grand rival internet Google qui a déjà investi dans le "hardware", en achetant le fabricant de téléphone américain Motorola.
 

Il s'agit de la deuxième plus grosse acquisition réalisée par Microsoft, après celle de Skype en mai 2011 pour 8,5 milliards de dollars.
 

L'acquisition de Nokia devrait aussi relancer les supputations sur le devenir d'un autre grand nom historique du téléphone portable, le canadien BlackBerry, en grandes difficultés.


Nokia avait finalisé en août le rachat des 50% de Nokia Siemens Networks, spécialisé dans les réseaux haut-débit, détenus par l'industriel allemand Siemens, afin de développer cette activité, désormais considérée comme vitale.


"La direction (de Nokia) a conclu qu'il n'y aura pas d'amélioration rapide en vue. De ce point de vue, la vente peut être une décision sage", a commenté l'analyste chez OP Pohjola Hannu Rauhala, interviewé par le journal Taloussanomat.


Pour Ilkka Rauvola, analyste de Danske Bank Markets, Nokia doit maintenant "investir" dans ses activités de réseaux haut-débit, où ses principaux concurrents sont Huawei et Ericsson.

"La part de marché de Huawei est en hausse et celle d'Ericsson stagne. Le véritable défi de Nokia est là", a dit M. Rauvola, cité sur le site de la télévision publique finlandaise YLE.
 

Le groupe a également annoncé le départ de son directeur général Stephen Elop, qui sera remplacé temporairement par M. Siilasmaa.
 

M. Ballmer a voulu rassurer les 4.700 employés travaillant en Finlande, qui deviennent des salariés de Microsoft.


AFP
microsoft-030913-1.jpg microsoft-030913-2.jpg