Publié le 23-08-2013

Développement d'un test sanguin pour le dépistage des risques de suicide

Le suicide est la troisième cause de décès à l’échelle mondiale. Selon l’OMS, près d’un million de personnes décèdent en mettant fin à leurs jours chaque année, sachant que le taux de suicide a augmenté de 60% durant les 45 dernières années. 



Développement d'un test sanguin pour le dépistage des risques de suicide

Prévenir ces tragédies a poussé une équipe de chercheurs américains à développer un test sanguin capable de dépister les risques de suicide en se basant sur l’analyse et l’évaluation du taux de certains biomarqueurs dans le sang.

Un taux élevé de ces biomarqueurs (enzyme SAT1) dans le sang est, en effet, indice de la hausse des tendances suicidaires chez le sujet.

Bien que les chercheurs aient affirmé que ce test sanguin a, encore, besoin, d’être développé pour garantir plus d’efficacité, les résultats d’une étude publié dans le journal scientifique américain, Molecular Psychiatry, montre que la précision des analyses peut, désormais, contribuer à la réduction des taux de suicide, en particulier parmi les jeunes, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies mentales, tels que les troubles bipolaires ou la dépression sévère.

Il convient de noter que la Tunisie a connu une hausse du taux du suicide. 511 cas de suicide, soit 21 suicides par mois, ont été enregistrés entre janvier 2011 et fin décembre 2012, selon le ministère de l'Intérieur. 


N. J.
suicide-230813-1.jpg