Publié le 06-03-2018

Imed Daïmi : Moncef Marzouki ne se lancera pas avant de connaître la nature du régime,

Lors d'une interview publiée par le journal La presse, Imed Daïmi actuel secrétaire général du CPR est revenu sur l'annonce faite par Béji Caid Essebsi.



Imed Daïmi : Moncef Marzouki ne se lancera pas avant de connaître la nature du régime,

Le secrétaire général du CPR affirme que : '' Le Président Moncef Marzouki ne se lancera pas avant de connaître la nature du régime, et les chances d’avoir derrière lui un parti fort et une majorité présidentielle»


C’est un non-événement. Dans l’absolu tout citoyen a le droit de se présenter aux élections, il faut remplir les conditions fixées par la Constitution et par la loi.
 

Pour l’heure, personne ne connaît la nature du régime politique qui sera adopté, ni les prérogatives de la présidence. C’est très étonnant de voir quelqu’un se présenter avant de connaître toutes les conditions et prérogatives liées à ce poste.


C’est donc une opération de communication et une manœuvre politicienne pour influencer les constituants qui vont débattre des articles de la Constitution relatifs aux prérogatives de la présidence, et pour endosser le rôle de victime, son parti ne fait que ça depuis quelques mois. C’est par la victimisation qu’il essaye d’obtenir des concessions des partenaires politiques.


Quant au CPR, le débat actuel en cours à l’Assemblée entre les partis politiques dans le cadre du débat national est en voie pour l’instauration d’un certain équilibre entre les deux têtes de l’exécutif.


L’objectif étant de trouver des compromis pour arriver à une version acceptée par tous qui sera ratifiée par les différents groupes parlementaires, y compris par celui d’Ennahdha connu pour sa discipline. Et c’est dans l’intérêt du pays. Par ailleurs, personne n’a demandé à Ennahdha de ne pas présenter de candidats à la présidentielle s’il veut le faire.

Le président Moncef Marzouki n’a pas présenté sa candidature, et n’a jamais parlé de se porter candidat aux futures élections. Il ne se lancera pas avant de connaître la nature du régime, le partage des prérogatives, et les chances d’avoir derrière lui un parti fort et une majorité présidentielle qui lui permettront de se porter candidat. Ce n’est pas encore d’actualité.


La Presse
daimi-010513-1.jpg