Publié le 14-06-2019

Pétroliers attaqués : Washington accuse Téhéran, qui dément

Les Etats-Unis accusent l’Iran d’être responsable de l’attaque de deux pétroliers dans le golfe d’Oman, près du détroit d’Ormuz, laissant craindre une nouvelle confrontation entre Washington et Téhéran qui réfute les accusations américaines.



Pétroliers attaqués : Washington accuse Téhéran, qui dément

L’armée américaine a diffusé jeudi soir une vidéo montrant, selon elle, une patrouille des Gardiens de la Révolution islamique (GRI), le corps d’élite de l’armée iranienne, retirant une mine-ventouse qui n’avait pas explosé de la paroi d’un des deux tankers attaqués.

Il est “alarmant” d’accuser l’Iran d’être responsable de ces attaques, a déclaré vendredi matin le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

“Nous sommes chargés de maintenir la sécurité dans le détroit (d’Ormuz) et nous avons secouru l’équipage des tankers attaqués dans le délai le plus court possible”, a dit Abbas Mousavi, selon des propos rapportés par la radio publique.

Dans un entretien accordé vendredi à la chaîne Fox News, Donald Trump impute à l’Iran l’attaque des deux pétroliers. Il assure en outre que le détroit d’Ormuz, par où transite une bonne part des exportations de pétrole, ne sera pas fermé.

Prié de dire ce qu’il comptait faire pour répondre à l’Iran et éviter d’autres incidents de ce type, il a simplement répondu: “nous allons voir”.

Il a cependant ajouté qu’il était prêt à discuter avec les Iraniens quand ceux-ci y seront disposés. “Nous voulons qu’ils reviennent à la table (des négociations)”, a-t-il dit.

Dès jeudi, par la voix de sa mission diplomatique à l’Onu, l’Iran a rejeté “catégoriquement l’accusation infondée des Etats-Unis et la condamne avec la plus grande fermeté”.

Pour le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, la vidéo américaine ne permet pas de tirer des conclusions quant à la responsabilité de l’attaque.

“La vidéo n’est pas suffisante. Nous pouvons bien sûr comprendre ce qu’on nous montre mais, pour tirer des conclusions, ce n’est selon moi pas suffisant”, a-t-il déclaré.

Le propriétaire japonais du Kokuta Courageous a relayé vendredi le témoignage de l’équipage du bateau, selon lequel des “objets volants” ont percuté le navire.

Après l’avoir évacué jeudi, l’équipage a regagné le navire vendredi pour le conduire au port émirati de Khor Fakkan, escorté par la marine américaine.

L’incendie qui s’est déclaré sur le Front Altair a quant à lui été éteint dans la nuit et le bateau reste stable, a annoncé vendredi son propriétaire norvégien, Frontline.


Reuters