Publié le 01-05-2019

Avec la Troïka nous avons manqué d’expérience, déclare Jebali en se portant candidat

L’ancien chef de gouvernement, Hamadi jebali a annoncé aujourd’hui son intention de présenter une candidature indépendante aux prochaines élections présidentielles. Il a assuré qu’il n’y a pas eu d’accord prédécesseur avec le parti Ennahdha à propos de cette décision.



Avec la Troïka nous avons manqué d’expérience, déclare Jebali en se portant candidat

Hamadi jebali a ajouté depuis Sfax le mercredi 1er mai 2019 « Comme étant issu du parti Ennahdha, je serai honoré d’avoir les votes de ses partisans ». Il a assuré en même temps que le président de la république doit rester indépendant, au-dessus de tous les partis et toutes les tensions entre eux. Il doit représenter les différentes franges de la société et être la voix de celui qui n’a pas de voix, a-t-il déclaré.

Il a expliqué que le peuple tunisien, lors des prochaines élections, aura à choisir entre deux options : le retour de l’ancien système avec son despotisme et ses lobbies corrompus ou alors continuer le processus de concrétisation des objectifs de la révolution qui reste un choix possible par le vote conscient.

Il a souligné que la Tunisie a besoin d’un projet national qui sauve le pays de la situation économique sociale et sécuritaire difficile par lequel il passe avec un président indépendant de tous les partis et éloigné de la frénésie du pouvoir.

Il s’est engagé à travailler dès sa réussite aux élections présidentielles à concrétiser le projet national selon ce que dicte la constitution et qui se résume à avoir une sécurité infaillible, réaliser une sécurité alimentaire, booster les relations diplomatiques et bâtir une institution militaire, selon lui.

Face à la question de ce qu’il peut offrir au vu de sa prestation jugée médiocre en tant que chef de gouvernement à l’époque de la Troïka, il a répondu que cela était expliqué par un manque d’expérience ainsi qu’une virulente campagne anti-troïka menée par les ennemis de la révolution ainsi que certains médias.

Il a à son tour posé la question si après la Troïka, les gouvernements qui se sont succédé avaient mieux réussi.
 



blog comments powered by Disqus