Publié le 13-03-2012

Une année universitaire en péril… Le Ministère de l’Enseignement en est responsable

Lors de leur rencontre tenue le lundi, les doyens des facultés de Lettres et des Sciences Humaines de Tunis, Sfax, Sousse et Kairouan ont  mis en évidence la responsabilité du Ministère de l’Enseignement Supérieur quant à l’échec de cette année universitaire. 



Une année universitaire en péril… Le Ministère de l’Enseignement en est responsable

Les doyens ont exprimé leur opposition à la politique mise en œuvre par le Ministère de l’Enseignement Supérieur. Soulignant que le Ministère adopte un double discours, ils ont expliqué que d’une part, le Ministère prétend respecter les démarches adoptées par les doyens quant à l’organisation interne des établissements dont ils sont en charge. D’autre part, il prône des interventions auprès des doyens afin de légaliser les revendications des groupes salafistes.

Concernant les évènements de la Manouba, les doyens ont indiqué que « l’invasion » de la faculté par les extrémistes religieux ne peut être considérée comme un incident improvisé, sans oublier de noter que l’approche du Ministère en charge ne peut résoudre le problème. D’ailleurs, ils ont condamné les accusations de Moncef Ben Salem et d’Ali Larayadh portées à l’encontre du doyen de la faculté de la Manouba, Habib Kazdaghli, tout en mettant en évidence la tentative désespérée par laquelle les ministres en question espèrent échapper à leur part de responsabilité. 


manouba-13032012-1.jpg