Publié le 08-10-2011

Le chef de la commission européenne d’observation des élections : On n'est pas la pour vous guider ...

Avant d’aller à la rencontre du ministre Tunisien des affaires étrangères, M.Michael Gahler, membre du Parlement européen et chef de la mission d'observation électorale de l’Union Européenne ( MOE UE) a accueilli un bon nombre de journalistes Tunisiens et étrangers dans le cadre d’un petit déjeuner –débat , convivial, pour s’entretenir sur les préparatifs pré-électoraux et la campagne électorale dans toutes les régions du pays, le scrutin, le dépouillement, le suivi des résultats aprés le 23 octobre.



Le chef de la commission européenne d’observation des élections : On n'est pas la pour vous guider ...

M.Michael Gahler a expliqué que le rôle de cette mission, invitée par le gouvernement Tunisien, consiste à suivre la marche vers ce rendez-vous historique dans toutes les régions du pays, à analyser le processus électoral, au niveau des procédures et du respect de la loi électorale et à assurer une évaluation équilibrée et impartiale. Il a également précisé que les groupes d’observateurs de la commission qui comptent plus de 160 dont 66 qui assisteront le 23 octobre aux bureaux de vote, veille à garantir la transparence des élections, tout en notant toute violation de la loi électorale.

Concernant l’observation du processus électoral à l’étranger, cette commission a chargé 6 équipes qui se composent de 12 personnes pour observer et suivre le déroulement des élections en Italie, Belgique, Allemagne et Bruxelles qui réunit 12 000 électeurs Tunisiens.  Les observateurs proviennent de 26 Etats membres de l'UE, ainsi que de la Norvège, du Canada et de la Suisse. Ils suivent une formation commune de cinq jours  à Tunis, portant sur les spécificités politiques, électorales et culturelles de la Tunisie. Ils sont ensuite déployés dans les 27 circonscriptions du pays pour observer toutes les différentes phases du processus électoral.

« Nous avons suivi des années de tyrannie et de dictature en Tunisie. Aujourd’hui on n’est pas la pour vous dicter des lois, ou pour vous apprendre la démocratie. On n’a jamais prétendu exporter la démocratie occidentale. La démocratie, la volonté de liberté, les droits de l’Homme sont tous universels, chaque pays a ses couleurs… » a précisé Michael Gahler avant d’achever sa rencontre avec les médias ce matin.


H.Manel
mich-081011-1.gif mich-081011-2.gif mich-081011-3.gif mich-081011-4.gif mich-081011-5.gif