Publié le 25-05-2011

Lutte contre la corruption en Tunisie : Encore un long chemin à parcourir …

La lutte contre la corruption, la transparence financière, les défaillances des dispositifs et des outils utilisés en Tunisie, les abus du président déchu, de la famille royale et de plusieurs institutions qui les soutenaient : Ces thèmes et autres ont été à l’ordre du jour de la conférence qui s’est tenue aujourd’hui à l'hôtel Acropole. Organisée par Webmanagercenter et le Centre des jeunes dirigeants (CJD), cette conférence avait pour intitulé " Transparence financière, bonne gouvernance et développement économique"



Lutte contre la corruption en Tunisie : Encore un long chemin à parcourir …

Un débat sur l'anticorruption et son rapport avec la transparence financière s’impose surtout que la Tunisie a vécu, avant la révolution, pendant de longues années sous l’emprise d’un régime qui a réussi à exercer son pouvoir sur la " majorité " des institutions de gouvernance qui ont fini par être faibles ou passives avant de sombrer dans le spectre de la crise …  

Aujourd’hui, la bonne gouvernance est d’abord et avant tout un problème national d’où l’importance de réunir les efforts pour mettre en place des systèmes de plus en plus efficaces dans notre pays.

Force est d’avouer que " la corruption ne disparaîtra pas avec le coup d’une baguette magique " comme l’a indiqué M. Jacques Terray, vice-président de Transparency International mais il faut toutefois veiller à  combattre la corruption et les comportements corrompus à tous les niveaux, surtout que la Tunisie jouit d'un " arsenal juridique incontournable " qui n'a jamais été investi pendant les 23 ans révolus… Décidément, il est indispensable à cette étape de s’engager pour franchir le pas vers un avenir meilleur, fondé sur engagement qui allie toutes les parties concernées et qui réussit à créer une coordination institutionnelle effective... 

Dans la vidéo en jointure quelques extraits des interventions de M. Hafedh Abdeldlkefi, Prédisent du Conseil d'Administration de la Bourse des Valeurs Mobilières et de M. Jacques Terray, vice-président de Transparency International :


H.Manel
webmanager-250511-1.jpg