Publié le 25-03-2011

Diplomatie France/Tunisie, un enfant du pays pour redonner un nouvel élan ?

L’arrivée du charismatique Juppé aux Affaires Etrangères et son premier succès diplomatique sur la crise libyenne ont sensiblement modifié les équilibres et Alain Juppé serait aussi désireux, après le départ de Michèle Alliot-Marie de tourner la page des mauvais choix en Tunisie.



Diplomatie France/Tunisie, un enfant du pays pour redonner un nouvel élan ?

Dans les cercles des amis de la Tunisie à Paris, ce n’est un secret de Polichinelle pour personne. De source fiable, Mr Boillon, l’actuel ambassadeur de France à Tunis a failli et sa révocation, encore demandée au Sénat à Alain Juppé lors de son audition sur la Libye par des sénateurs des français de l’étranger, préoccupés par l’image donnée de la France en Tunisie, serait actée. Contrairement à la rumeur publique, ce proche de Mr Sarkozy aurait été en réalité imposé par Mr Levitte, l’influent conseiller diplomatique à l’Élysée contre l’idée du président et du premier ministre. En privé, Mr Sarkozy ne décolèrerait plus contre son proche conseiller.

L’arrivée du charismatique Juppé aux Affaires Etrangères et son premier succès diplomatique sur la crise libyenne ont sensiblement modifié les équilibres et Alain Juppé serait aussi désireux, après le départ de Michèle Alliot-Marie de tourner la page des mauvais choix en Tunisie.

Il faut dire que la diplomatie française en Tunisie est en panne sèche depuis plusieurs mois. Plus rien ne se passe en dehors des belles intentions affichées par des ministres qui se succèdent au pas de course (Christine Lagarde, Eric Besson, Nathalie Kosciusko-Morizet, Pierre Lelouche…). Les stigmates restent profonds, la francophobie enfle et ce n’est pas l’unique engagement pris par la France à ce jour (octroi d’une aide d’urgence de 300 000 euros) qui est de nature à envisager des jours meilleurs.

Pour ouvrir une page nouvelle, selon des sources fiables, le Président Sarkozy aurait jeté son dévolu sur un diplomate de carrière et enfant de la Tunisie, dont le père, arrêté par Ben Ali en 1986 a été de ce fait 24 ans aveugle et paralysé : Yves Marek. L’homme ne manque pas d’atouts : cultivé, brillant, discret et efficace, il a fait ses armes au sein du cabinet d’Edgard Faure (le père de l’indépendance tunisienne). Ce passionné de jeu d’échecs et de chkobba (et oui) est resté très attaché à sa Tunisie natale où il a des liens solides.

Si la nouvelle se confirmait, ce serait le premier pas positif de la diplomatie française en Tunisie depuis près de 3 mois.

 Source Tunisiensdumonde.com


yves-230311-1.jpg