Publié le 31-01-2011

La Tunisie n'a pas de leçons à donner à l'Egypte

Le nouveau ministre tunisien des Affaires étrangères Ahmed Ounaïes, a jugé samedi que la Tunisie n'avait "pas de leçons à donner au peuple égyptien" qui manifeste contre le régime du président Hosni Moubarak.



La Tunisie n'a pas de leçons à donner à l'Egypte

"Il appartient au peuple égyptien de se prononcer sur son présent et sur son avenir. Nous n'avons pas à nous prononcer à sa place ni à lui donner de leçons ni à nos frères à l'Est comme à l'Ouest", a assuré M. Ounaïes dans un entretien à l'Associated Press.

La Tunisie ne revendique "pas l'exemplarité, ni le caractère exceptionnel de cet acte que nous venons d'accomplir", a-t-il ajouté, en référence à "la révolution du jasmin" qui a fait chuter le régime du président Zine el Abidine Ben Ali après 23 ans de règne despotique.

"Nous n'exporterons pas cette expérience au-delà de notre propre pays", a-t-il poursuivi, qualifiant de "folie" que l'on puisse considérer que "la Tunisie, dans sa culture politique et quels que soient les bonds qualitatifs réalisés pour et par son peuple, cherche à devenir exemplaire".

La révolte des Tunisiens "répondait à un besoin national de démocratisation qui nous a hantés depuis plus de 50 ans", a estimé ce diplomate de carrière. "Nous avons payé un prix élevé pour la réaliser. Aujourd'hui nous avons cette chance, mais notre révolution est pour nous-mêmes". "Dans une République vraiment républicaine, il faut pouvoir respecter la loi de l'alternance", a-t-il néanmoins ajouté.