Publié le 13-04-2022

En vidéo : Le grand moment de télévision de Mhadheb Rmili dans Harga

Pour la deuxième saison, la série Harga continue à déchainer les passions en ce mois de ramadan.



En vidéo : Le grand moment de télévision de Mhadheb Rmili dans Harga

L’acteur Mhadheb Rmili qui endosse le rôle de ‘’Saroukh’’, un capitaine de bateau qui fait passer les migrants vers l'Italie, a tenu un discours révolutionnaire, oratoire et persuasif lors de son procès devant les juges italiens.

Après une aventure en Tunisie, une autre dans la mer, puis une autre dans il centro italien, voici la tirade de ‘’Saroukh’’ devant le juge italien et toute l’humanité qui a eu la chance de regarder :

Cette fois je vais parler en tunisien, c’est à vous de comprendre ma langue :

Vous attendez tous que je vous donne les noms des Haraqas qui remplissent les barques et font passer les gens vers l’Europe.

Mensonges ! Vous nous prenez pour des cons !

Qui est-ce qui peut quitter la mer territoriale tunisienne, traverser la haute mer et pénètrer la mer territoriale italienne sans que personne ne se rende compte ?

Sommes-nous des poissons ?

Vous nous connaissez tous, un par un, mais Silence radio sur tous les étages.

Vous êtes les patrons de la traite des êtres humains et nous sommes les apprentis.

Vous voulez devenir propres aujourd’hui ? Vous voulez que je passe pour un bouc émissaire ? Nous sommes tous impliqués. Nous sommes tous des criminels. S’il y a vraiment une victime, c’est tout simplement moi. Vous avez kidnappé ma sœur devant mes yeux. Vous l'avez tuée et je l’ai enterrée moi-même.

Aujourd’hui, vous êtes préoccupés par les milliers qui entrent dans vos pays. Alors je vous illustre votre histoire :

Auparavant, vos portes étaient grandes ouvertes, sans visas... parce que vous aviez besoin de main-d'oeuvre bon marché … et nous nous sommes abaissés.

Vous avez bâti vos pays avec nos fortunes et quand vous avez atteint votre objectif vous avez sifflé la fin de la récréation et nous sommes devenus des criminels… des terroristes et des pourritures que vous ne voulez pas voir en Italie.

Et, maintenant, vous faites le tri… vous n’acceptez que les pièces uniques :médecin, ingénieur, savant, chercheur… Pour celui-là, vous ouvrez la porte du paradis. Vous l'encouragez à laisser tomber son pays. Son pays qui a investi en lui pour qu’il devienne ainsi.

Vous croyez qu’avec vos sous, vos gendarmes qui sont chez nous et qui vont renforcer la garde sur les frontières, le problème sera résolu. Alors, Sachez que des milliers vont encore venir.

Là, maintenant... en ce moment là... Alors que le procès...cette mascarade...se déroule les barques sont en train d’entrer. Ces barques sont pleines des gens opprimés, déprimés et affamés.

Vous voulez que la harga s’arrête ? foutez-nous la paix … Vous mangez nos pains et vous demandez pourquoi on vient chez vous ? Est-ce que vous pensez qu’on est venu pour vos beaux yeux. Est-ce que vous êtes meilleurs que nous.

Notre ciel est plus vaste que le vôtre, notre air est propre, le votre est sale. Profitez… Profitez  tant que notre pays est plein de voleurs qui nous ont dénudés pour vous couvrir. Ils volent notre chair pour remplir vos poches.

Attention !  la minorité que vous côtoyez. ne représente pas la Tunisie... Notre pays engorge d’hommes et de femmes qui ne veulent être la garde de personne.

J’ai un endroit. Personne ne peut le prendre… Une fois mort, emmenez-moi en Tunisie.