Publié le 18-11-2021

Tunisie-Alqatiba : L’impact des réseaux sociaux sur les médias

L’impact des réseaux sociaux sur les médias durant les périodes de crise a été aujourd’hui le sujet principal d’une conférence de presse organisée par le Centre Africain de Perfectionnement des Journalistes et Communicateurs et Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté.



Tunisie-Alqatiba : L’impact des réseaux sociaux sur les médias

A cette occasion, Alqatiba , spécialisé en journalisme d’investigation et data journalism,qui est un média en ligne arabophone basé à Tunis, créé en septembre 2020, géré par l’association “Taqallam for freedom of speech and creativity”, qui promeut le développement du journalisme en Afrique du nord a donné son point de vue à travers Dr Sadok Hammami, Membre du Conseil de presse et maître de conférences à l’Institut de presse et des sciences de l’information (Ipsi), Nizar Chaari fondateur de Tunivisions et la bloggueuse Yasmine Driss. 

« Nous avons besoin de la vérité afin de la diffuser, la démocratie est basée sur cela, le vrai journalisme cherche la vérité et la publie sauf que dans réseaux sociaux tout le monde diffusent la même information, une seule idée, un seule peuple, » a souligné Hammami lors de sa déclaration.

Déclaration de Mr Sadok Hammami 

 

De son côté, Chaari a mis sur l’accent sur l’importance de mettre fin au fléau des Fakes News soulignant que la Tunisie et certains médias en étaient une victime.

‘’L’erreur est humaine, lorsqu’un journaliste se trompe il faut l’assumer et passer par la justice,’’ a-t-il affirmé.
Quant à Yasmine Driss, blagueuse qui a déjà travaillé dans les médias ‘’classiques’’, elle explique que l’idéal est de trouver une combinaison juste entre les réseaux sociaux et les médias.

‘’Ils doivent s’unir et se battre ensemble pour la vérité, ils ne doivent pas être ennemis,’’ a-t-elle précisé.