Publié le 15-10-2021

Radhi Meddeb : A très court terme, il ne nous reste plus que le recours à l’aide bilatérale

Moody’s a dégradé la note souveraine de la Tunisie à long terme, en devises et en monnaie locale, de B3 à Caa1, et maintenu la perspective négative.



Radhi Meddeb : A très court terme, il ne nous reste plus que le recours à l’aide bilatérale

L'expert économique, Radhi Meddeb, explique, dans un post publié sur sa page Facebook, que la dégradation de la note de la Tunisie à Caa1 signifie que l’accès de la Tunisie aux marchés financiers internationaux est devenu prohibitif sinon impossible.


« Nous avons beau clamer notre souveraineté et dénier aux agences de notation le droit de nous noter, les marchés financiers internationaux sont ainsi organisés. Ils se réfèrent à ces agences et ne font rien qui aille à l’encontre de leurs notations », lit-on dans le post publié par Radhi meddeb sur Facebook.


Il a ajouté : « La voie de notre salut se rétrécit. Il ne nous reste plus, à très court terme, que le recours à l’aide bilatérale. Seuls quelques pays pourraient et voudraient le faire. Cette aide bilatérale est strictement politique. Elle a un coût. Il faut le savoir et il faut l’accepter ».


« À moins court terme, seul un accord avec le FMI, probablement assorti de conditions sévères, pourrait nous permettre de retrouver le moyen de subvenir à nos besoins en devises. La cigale a dansé tout l’été…! », a-t-il écrit sur Facebook.