Publié le 07-09-2019

Le ‘Berlusconi’ tunisien vise la Présidence titre le Financial Times

Dans un article publié aujourd’hui sur les colonnes du Financial Times, le journal revient sur la situation du candidat Nebil Karoui.



Le ‘Berlusconi’ tunisien vise la Présidence titre le Financial Times

Surnommé le Silvio Berlusconi tunisien (l’équivalent tunisien du magnat italien des médias) , Karoui avait précédemment soutenu Nidaa Tunis, le parti qui a réuni les vestiges de l'ancien régime, des personnalités laïques et de droite pour combattre Ennahdha lors des dernières élections. Agé de 56 ans, il a depuis formé son propre parti, Qalb Tounes.

Même si les accusations portées contre lui sont de notoriété publique, ses fréquentes apparitions à la télévision et sa philanthropie devant la caméra - telles que le financement de soins médicaux pour les pauvres - lui ont valu une audience importante.

Ces largesses ont touché les électeurs tunisiens qui ont du mal à s'en sortir dans une économie en proie à l'incertitude politique et aux attaques terroristes. En vertu d'un accord de prêt avec le FMI, le gouvernement a dû réduire ses dépenses et contenir la masse salariale de la fonction publique. Cela a entraîné des explosions périodiques d'émeutes généralisées chez des personnes en colère contre le chômage et les mesures d'austérité.

Selon des analystes, à moins que Karoui ne soit reconnu coupable avant les élections - ce qui semble peu probable en raison de la brièveté du délai - il ne sera pas inscrit sur les urnes.

"Karoui s'est clairement concentré sur les pauvres et a clairement affirmé qu'ils avaient été abandonnés", a déclaré Hamza Meddeb, du Carnegie Middle East Center think-tank. "Il joue le rôle d'anti-établissement même s'il est un établissement à tout égards."


Financial Times