Publié le 18-10-2015

Hommage à Marcel Moreau aux JTC

Que ce soit au Théâtre municipal de Tunis où Sonia Dahmani faisait la lecture de « Féminaire » ou à l'Etoile du nord où Thierry Bodson, Olivier Lenel Et Didier Poiteaux interprétaient « Cratère à cordes », deux œuvres de Marcel Moreau, le verdict est le même : chez Moreau l'amour de la femme et des mots s'entrechoquaient, se cognaient pour devenir une seule chair.



Hommage à Marcel Moreau aux JTC

Au Théâtre municipal de Tunis, et dans le cadre de l'hommage qu’ont réservé les organisateurs des JTC à l'écrivain belge Marcel Moreau, Sonia Dahmani, faisait la lecture de « Féminaire ».

On retiendra une phrase qui résume à la perfection l'amour que portait Moreau aux femmes et aux mots : « Les femmes sont un corps verbal, leur chair est travaillée au corps par les mots du corps ».

Devant le regard aussi concentré qu'admiratif de Moreau, qui a fait le déplacement à Tunis malgré ses 82 ans, et les coups magistraux de violon de Samy Dakhlaoui, Sonia Dahmani se donnait à une lecture scénique de l’œuvre du belge. Une œuvre qui se donnait corps et âme à l'amour. Celui que portait Moreau pour les femmes, mais aussi pour les lettres, les mots, les textes, la langue.

Cette « polygamie » a donné naissance à un texte où la femme et la phrase, toutes les deux maîtresses de l'écrivain, se donnaient à un jeu pervers où Moreau faisait l'amour à son texte sur le corps d'une femme. Un érotisme linguistique qui a fait voyager le public à travers le corps d'un texte juxtaposé sur celui d'une femme dans un jeu quasi-sexuel, mais en aucun cas vulgaire.

« Féminaire », un livre qu'on pouvait offrir à une femme, comme on lui écrirait une lettre d'amour. 

Deux heures après, les amateurs des lettres avaient rendez-vous à l’Étoile du nord. Sur place, le public était installé comme dans une réunion des alcooliques anonymes.Thierry Bodson, Olivier Lenel Et Didier Poiteaux interprétaient « un cratère à corde », une autre œuvre du belge.

Là aussi on retrouvait l'amour que porte Moreau pour les femmes et les mots, mais en plus hardcore. Mi-musicale grâce au rythme que lui donnaient les interprètes avec leur claquements de doigts, de mains et de pieds, l’interprétation était envoûtante. Le désir, l’érotisme, la possession, tels étaient les expressions les plus fréquentes. On sentait que Moreau, à travers ces mots, flirtait avecson texte, le posséder. Accusant l'utilisation futile des mots et leur banalisation, l'écrivain revenait souvent aux inséparables corps verbal et corps charnel.

Pour ceux et celles qui l'ignorent, Marcel Moreau, natif de 1933, c'est 50 années d'écriture, le prix Wepler en 2002 pour son œuvre «  Corpus Scripti », le prix Jean ARP de littérature francophone en 2006 et le prix de littérature francophone Jean Arp, en 2006 aussi, pour l'ensemble de son œuvre. Excusez du peu !

 


moureau-181015-1.jpg moureau-181015-2.jpg moureau-181015-3.jpg