Publié le 23-05-2011

Le député François Hollande : 48 heures à Tunis pour affirmer sa crédibilité internationale

Le député de Corrèze, qui menait jusqu'ici sa campagne en France, veut affirmer sa crédibilité internationale. Alors qu'il sillonne la France des petites villes depuis l'annonce, le 31 mars, de sa candidature à la présidentielle, François Hollande vient d'insérer, dans son agenda surchargé, une étape de 48 heures à Tunis. Deux fois déprogrammé, c'est néanmoins un déplacement auquel il attache une importance extrême.



Le député François Hollande : 48 heures à Tunis pour affirmer sa crédibilité internationale

La scène tunisienne, au cœur des révolutions arabes, offre, il est vrai, à l'ancien premier secrétaire du PS l'occasion de densifier sa stature. Pour l'heure, la renommée de François Hollande, qui cultive sa « proximité » et sa « normalité », ne dépasse guère les frontières européennes, voire hexagonales. Et pour cause : le député de Corrèze n'a jamais fait partie d'aucun gouvernement. Un handicap dont la droite espère bien tirer partie, mais que les amis de Hollande minimisent. « Regardez Zapatero, Blair, Cameron, Clinton, Obama... Ils n'avaient aucune expérience internationale avant d'être élus à la tête de leur pays, observe le député de l'Isère, André Vallini. Clinton était seulement gouverneur de l'Arkansas, il n'était même pas député ! Pourquoi faudrait-il, en France, avoir été trois fois candidat à la présidentielle et dix fois ministre pour avoir une légitimité en tant que président de la République ? »

 

Les proches de Hollande affirment qu'il s'est toujours « intéressé au vaste monde ». Associé aux réunions de Lionel Jospin lorsque ce dernier était à Matignon, il recevait régulièrement les chefs d'Etat et de gouvernement étrangers au siège du PS. Il a aussi noué des relations par le biais de l'Internationale socialiste, dont il a été le vice-président. Mais cela suffit-il à asseoir sa notoriété sur la scène mondiale ? « Non. C'est pourquoi il multiplie les déplacements à l'étranger ces derniers temps, confie Vallini. François s'est rendu début mai à Bruxelles puis à Berlin, il sera demain à Tunis, où une rencontre avec le nouveau Premier ministre est prévue, et il projette de se déplacer aux Etats-Unis dans les semaines à venir. »

 

Source : France Soir


hollande-230511-1.jpg