Publié le 28-04-2011

La situation du pays : normale, incompréhensible ou douteuse ?!

A quelques semaines d’une élection qui sera déterminante pour l’avenir du pays, nombreux sont les citoyens tunisiens qui ne savent plus où donner la tête : Débats politiques sans fin, élections et partis politiques qui poussent comme des champignons, religion qui ne cesse de créer des débats controversés, sécurité,  justice,  violence  …. et silence mystérieux sur des dossiers épineux.



La situation du pays : normale, incompréhensible ou douteuse ?!

Un sondage d’opinion réalisé par l’Institut de Sondage et de Traitement de l’Information Statistique (ISTIS) en partenariat avec Mayadine, Plateforme de Market research (un échantillon représentatif de 1828 personnes réparties sur l’ensemble du territoire) a traité de la situation actuelle du pays. Ce a démontré que 52.6% des personnes interrogées estiment que la situation actuelle du pays est incompréhensible par, 22.7% jugent qu’elle est normale après une révolution, 13.7% ne ressentent aucun changement et 11% la trouvent douteuse

Selon ce sondage qui,  malgré le nombre réduit de son échantillon, représente l’avis de plusieurs tunisiens qui se trouve aujourd’hui face à une situation incompréhensible ou douteuse. Faute de quoi et de qui ? Les gens auraient peut être besoin d’un discours médiatique plus credible, d’une bonne gouvernance qui remet les points sur les i et qui rassure une nation assoiffée de paix, de sécurité et d’un retour au calme … qui espère jouir des fruits de cette révolution et qui doit contribuer, d’une façon fictive et positive, à bâtir le lendemain de ce pays.

Cela dit, rien ne peut être réalisé, ou réalisable, que lorsque le " peuple " ait confiance à son (où à ses) dirigeants(s). Ce point a été également évoqué dans le même sondage qui a démontré que le président provisoire est jugé très performant seulement par 20.1% des personnes interrogées, moyennement performant par 36.2% et faiblement performant par 43.7%.

Concernant, M. Beji Caid Essebssi, qui fait l’objet de plusieurs débats controverses depuis la conférence de presse qu’il a donné hier,  les tunisiens jugent que sa performance atteint les 46.2% de l’échantillon, contre 34.5% et 19.3% pour ceux qui déclarent qu’elle est moyenne ou faible.

Ces chiffres laissent à penser qu'une l'ombre d'une "crise de confiance" entre le peuple et ses dirigeants commence à refaire surface ... même avec " un sang neuf " et un gouvernement qui tente d'élaborer un nouveau compomis avec les Tunisiens de l'après révolution...

Un homme sage ni ne se laisse gouverner, ni ne cherche à gouverner les autres : il veut que la raison gouverne seule, et toujours - Jean de La Bruyère


H.Manel
act-280411-1.jpg