Publié le 07-05-2009

Interview de Marcel Khalifa

« Quand on m’applaudit beaucoup, je constate que j’ai toujours du pain sur la planche » nous explique le chanteur et compositeur libanais Marcel Khalifa qui a animé un grand concert à Gafsa après 29 ans d’absence lors de la première édition du festival Capsa May of Arts.



Interview de Marcel Khalifa

« Quand on m’applaudit beaucoup, je constate que j’ai toujours du pain sur la planche » nous explique le chanteur et compositeur libanais Marcel Khalifa qui a animé un grand concert à Gafsa après 29 ans d’absence lors de la première édition du festival Capsa May of Arts.


Au cours d’une rencontre avec la presse tunisienne, l’artiste a amplement parlé de ses choix musicaux et politiques ainsi que son attachement au poète récemment disparu, Mahmoud Darwish. Cet artiste qui « n’aime pas les frontières », fait le tour du monde avec sa musique. Il côtoie et travail avec les plus grands virtuoses pour donner le « meilleur de lui-même » sans penser à l’argent qui « n’avance pas les choses » même si nous savons que c'est le chanteur le plus riche dans le monde arabe.


La modestie de Marcel fait sa gloire et charme le public arabe et surtout tunisien depuis des années.  

Le père des éternelles « Montassiba Al Qamati », « Ana et Rita » et « Ommi », a accepté de répondre à nos questions concernant ces nouveautés artistiques et sa vision de l'art qui ne cesse de changer et d’évoluer.

 

Interview.

Henda


h-interviewmarcel-060509-3.jpg h-interviewmarcel-060509-2.jpg h-interviewmarcel-060509-4.jpg