Publié le 06-03-2018

Hakim El Karoui : Benaliste, révolutionnaire ou simple affairiste ?

Hakim El Karoui, d’origine tunisienne par sa mère, banquier chez Rothschild et ancienne plume de Raffarin est un modèle de réussite : normalien, agrégé de géographie, président d’un forum de jeunes élites Young Mediterranean Leaders, fondateur du très sélect Club du XXIème Siècle et essayiste.



Hakim El Karoui : Benaliste, révolutionnaire ou simple affairiste ?

Ce tableau idyllique risque d’être mis à mal par les dernières publications du site Mediapart. Le fameux site internet vient en effet de révéler qu’Hakim El Karoui conseillait Ben Ali jusqu’aux derniers jours. Deux notes écrites par l’intéressé le 12 et le 14 janvier ont été adressées au dictateur déchu.

L’intéressé reconnait être l’auteur des ces deux notes conçues « pour éviter le bain de sang et le chaos tout en posant des jalons de réforme très profondes pour l’avenir… » dixit son auteur. Il a ajouté en avoir rédigé une troisième portant sur la mise en place de revenus sociaux minimaux pour les plus démunis.

Il refuse néanmoins qu’on lui prête le statut de conseiller de Ben Ali qu’il avoue par ailleurs n’avoir jamais rencontré.

Pour info, le 15 janvier (lendemain du départ de Benali), Hakim El Karoui s’envolait pour Tunis afin de conseiller le 1er ministre Mohamed Ghannouchi. Signe de son influence réelle, le gouvernement actuel de transition comprend au moins quatre de ses amis.

Cette affaire ne va pas manquer de donner du grain à moudre à ceux en Tunisie qui sont de plus en plus nombreux, depuis les déclarations maladroites de l’opposant franco-tunisien Moncef Marzouki, à fustiger sur internet et dans les médias l’opportunisme et la condescendance des « Eurotunisianos » (Tunisiens d’Europe).


Texte note du 12 janvier*

Paris, le 12 janvier 2011


Note

A l’attention de son Excellence le Président Ben Ali

Objet : un scénario de sortie de crise

Même si la situation commence à s’apaiser, la sortie de crise n’est pas encore acquise.

Un scénario volontariste pourrait être le suivant :

1. Changer profondément le gouvernement et l’équipe de vos conseillers à Carthage avec plusieurs objectifs :

• Sanctionner des responsables qui ont mal fait leur travail ;

• Crédibiliser votre annonce sur les 300 000 emplois à créer (il faut changement profondément beaucoup de choses pour que ce qui n’a pas été possible hier soit une réalité aujourd’hui) ;

• Donner un coup de jeune et de dynamisme en nommant des quadras issus de la société civile et du monde économique, qui ont fait leur preuve dans leur domaine.

2. Donne un signal clair et fort sur ceux qui, se revendiquant de votre entourage, sont à l’origine du sentiment d’injustice ressenti par la population

3. Envoyer un message de compassion aux familles des victimes

Même s’il y a de la manipulation, même s’il y a des terroristes infiltrés, vous êtes le Père de la nation et le Père de la nation doit être aux côtés de ses fils quand ils souffrent.

En plus du message au Parlement, une prière à la Grande mosquée de Carthage, pour la Tunisie et pour ses fils pourrait être ce signal.

4. Donner un message politique

La crise actuelle n’est pas qu’une crise sociale : il lui faut, à froid, une réponse politique.

A moyen terme, à froid, en mars ou en avril, une réflexion pourrait être menée sur une éventuelle dissolution de l’Assemblée nationale qui permettrait d’y faire monter des têtes nouvelles, plus efficaces et plus représentatives de la Tunisie moderne.

Hakim El Karoui


Texte note du 14 janvier*


Paris, le 14 janvier 2011

Note

A l’attention de son Excellence le Président Ben Ali

Objet : mettre en oeuvre

• Internet : c’est fait

• Eléments de langage pour la communication : « c’est la victoire de la Tunisie. Maintenant il faut construire. Ce n’est qu’un début : nous serons jugés sur les actes ».

• Medias : continuer les débats à la télévision. Arrêter de suivre les journalistes étrangers. Changer complètement la mise en scène du journal télévisé de 20 h. S’assurer que Nessma a le droit de faire des débats. Suggérer une deuxième édition des journaux cet après midi. Être sûr que les journaux de samedi seront différents de ceux de d’habitude.

• Inonder les médias étrangers d’interviews. Il faudrait qu’Image 7 fasse son travail.

• Changer la loi sur les associations

• Trouver un point de chute à l’étranger à Ben Dhia

• Réunir les partis politiques existant et annoncer que de nouveaux vont pouvoir être créé bientôt, avec la modification de la loi électorale

• Nommer un responsable de la lejna (qui ne soit pas le Premier ministre).

Une personnalité reconnue, indépendante. Pourquoi pas un avocat reconnu qui ne soit évidemment pas un proche ?

• Corruption : donner un signal. Faire savoir qu’une enquête a commencé.

• Annoncer un remaniement gouvernemental pour les jours prochains

• Organiser une conférence de presse en fin de journée pour faire le point sur les grandes décisions ainsi que les nominations. Avec le porte parole du gouvernement ?

Hakim El Karoui


Source TunisiensduMonde.com

Source notes  : mediapart.fr


hakim-090211-1.jpg