Publié le 04-01-2011

Eh oui même l’amitié s’achète…ou se loue !

RentaFriend est une idée lancée par l’américain Scott Rosenbaum qui consiste à louer …des amis ! Ce concept est très en vogue partout dans le monde et le site précise n'être ni un site de rencontres, ni une agence d'escort-girls et assure ne proposer que des relations "strictement platoniques".



Eh oui même l’amitié s’achète…ou se loue !

C'est en Chine qu’a été lancé ce site et le succès a dépassé les espérances de Scott rosenbaum qui a été sollicité pour lancer Rent a Friend dans d'autres pays (France, Royaume-Uni, etc)

Aussi surprenante qu'elle puisse paraître, la formule non seulement séduit mais est très rentable aussi. Au Québec, en quelques semaines, quelques dizaines de nouveaux profils sont apparus. « L’entremetteur» espère que le site continuera à s'étendre.

En effet ses services font fureur en France depuis l’ouverture du site pendant l’automne 2010. Le nombre des « amis » disponibles à la location a atteint  307 000 dans le monde au 31 décembre 2010. Ces amis peuvent être loués pour accompagner le « locataire » à une soirée, l'aider à faire des connaissances, faire du shopping avec lui et lui faire visiter la ville s’il s’agit de touristes.

Les amis à louer, qui annoncent de prime abord les activités pour lesquelles ils sont disponibles, facturent leur compagnie à l'heure.

Personne n’est là pour juger sauf qu’acheter une amitié est triste et malheureux. Il n’y a pas lieu non plus de s’indigner car vu les circonstances actuelles personne n’a plus le temps ni pour séduire (les sites de rencontres) ni pour bâtir une amitié. En même temps les mauvaises rencontres sur le plan amical peuvent également exister spécialement quand c’est virtuel.

Cela peut sembler archaïque mais c’est fâcheux pour ces personnes de ne pas connaître la joie et l’euphorie des débuts d’une amitié mais c’est peut être mieux que d’en être complètement dépourvu…

Si cela attise votre curiosité vous pouvez jeter un coup d’œil sur le site sinon pour ceux qui sont intéressés hélas, la Tunisie ne fait pas encore partie des "heureux élus".


amitie-040111-1.jpg