Publié le 06-03-2018

Ouverture de Carthage 2010: ce soir le cinéma est à l'honneur

Lors d’une projection tenue, vendredi 2 juillet 2010 à Quinta Communication Gammarth, les journalistes et critiques de cinéma ont découvert le dernier film d’Abdellatif Ben Ammar « Les palmiers blessés » qui assurera l’ouverture de la 46ème édition du Festival International de Carthage, ce soir, jeudi 8 juillet 2010.



Ouverture de Carthage 2010: ce soir le cinéma est à l'honneur

Lors d’une projection tenue, vendredi 2 juillet 2010 à Quinta Communication Gammarth, les journalistes et critiques de cinéma ont découvert le dernier film d’Abdellatif Ben Ammar « Les palmiers blessés » qui assurera l’ouverture de la 46ème édition du Festival International de Carthage, ce soir, jeudi 8 juillet 2010.
 
Le film est une co-produition tuniso-algérienne, tourné à Bizerte puisqu’il raconte l’histoire de la guerre de Bizerte en 1961. Une phase importante de l’histoire du pays que le réalisateur a voulu mettre en lumière.
« Je pense que rappeler un pan de la vie de notre pays est essentiel pour comprendre le présent et réagir à l’amnésie totale voulue ou fortuite » explique Abdellatif Ben Ammar.
 
Avant la projection, Ben Ammar nous a présenté la jeune Leila Ouaz qui a joué le rôle de l’héroïne « Chama ». Sans grande surprise et comme nous avons eu l’habitude de le voir dans les grands films tunisiens, Leila joue pour la première fois devant une caméra.
 
Le présent du film se situe à Bizerte, hiver de l’année 1991. La 1ère guerre d’Irak se prépare dans la tension internationale. Un écrivain tunisien confie la dactylographie d’un manuscrit autobiographique à une jeune fille « Chama » à la recherche d’emploi. A la faveur du contenu du livre, la jeune « Chama » ressent le besoin de plonger encore plus, dans les évènements de la guerre de Bizerte, d’autant plus que son père, patriote volontaire, y perdit la vie.
 
 
De là, nous découvrirons le conflit entre mémoire collective et histoire sans conscience. Le film est important des points de vue artistique et technique. Il mérite d'assurer l’ouverture de Carthage mais aussi l’intérêt du public, surtout que cette année sera consacrée au 7 ème art. 

Henda
c-palmierblesse-050710-1.jpg