Publié le 14-03-2009

La face cachée des Open Space étrangers (1ère partie)



La face cachée des Open Space étrangers (1ère partie)

Rappelez-vous l’article « Les open space plus stressants ? » dans lequel j’ai parlé du bon et du moins bon dans les Open Space, sans forcément évoquer de quel genre de société je parlais. Aujourd’hui, je tiens à vous parler de ces sociétés étrangères qui pullulent sur nos terres, et en particulier de l’une d’elles, qui a décidé, du jour au lendemain, de mettre 25% de ses employés à la porte, sans critères de sélection, ni raisons apparentes.
On ne peut nier le service que les sociétés Off Shore nous rendent en s’installant chez nous :
-          baisse considérable du chômage
-          soutien économique
-          couverture sociale incontestable
-          chaque heure supplémentaire passée est payée
Outres ces services rendus, on note aussi quelques hics tels que :
-          stress considérable et incomparable
-          sentiment d’être toujours épié
-          plus de vie personnelle (puisqu’on travaille les jours fériés tunisiens, ainsi que les fêtes religieuses, ainsi que les samedis-dimanches…)
-          que l’on soit titulaire d’un CDI ou d’un CDD, on est toujours licenciable
Ayant eu l’expérience –disons incontournable- des open space des sociétés étrangères, je n’ai oublié ni les bons ni les moins bons cotés de ce parcours, certes riches de relations humaines, et d’apprentissage technique et relationnel (ne le nions tout de même pas).
Aujourd’hui, comme je viens de le signaler en haut, une société étrangère de services, a décidé de mettre à la porte plus d’une cinquantaine d’employés, donnant ainsi comme raison : c’est la crise, et on ne peut pas vous rassurer quant à la suite de cette aventure, on ne peut pas vous dire, vous qui restez dans la société, si on vous garde ou on vous vire, tout dépend de la situation économique dans laquelle on est actuellement.
On a interrogé plusieurs personnes de différents services, qui étaient regroupées et paniquées. Tout le monde est sous le choc, ne comprenant point ce qui leur arrivait !
Les responsables dirigeants avaient-ils le choix entre garder leurs salaires qui leur garantissaient une vie confortable, et virer des gens qui galèrent pour être à l’heure le matin, prendre deux voir trois moyens de transports pour ne pas être en retard, ou de diminuer un chouïa leurs salaires pour éviter de licencier tous ces travailleurs.
On a pu récolter deux témoignages émouvants, de deux personnes ayant travaillé dans ces sociétés.
Suite dans l’article La face cachée des Open Space étrangers (2ème partie) : vous regarderez avec beaucoup d’émotions, le témoignage d’une personne particulièrement affectée suite à ces licenciements… On vous laisse en juger par vous-même. N’hésitez pas à commenter et à nous faire part de ce que vous ou des personnes de votre entourage, avez pu vivre ce genre de situations, ou d’autres similaires…   
 
Raja

l-openspace-140309.jpg