Publié le 26-11-2021

The Washington Post évoque la Tunisie

Dans un article intitulé ‘’Les principales démocraties africaines sont-elles en difficulté ?’’, les journalistes Par Carolyn Logan et Brian Howard ont parlé de la démocratie en Afrique citant notamment la situation actuelle en Tunisie.
 



The Washington Post évoque la Tunisie

‘’Avant le sommet de la démocratie crée par Joe Biden, nous avons signalé que dans 34 pays africains récemment interrogés par Afrobaromètre, la demande de démocratie est forte et résiliente.

Le groupe, Freedom House, identifie neuf pays africains comme « libres » dans son Global Freedom Index. Afro baromètre a suivi les tendances au cours de la dernière décennie dans sept d'entre eux : Botswana, Cabo Verde, Ghana, Maurice, Namibie, Afrique du Sud et Tunisie. (Les deux autres sont São Tomé et Príncipe et les Seychelles.) Presque tous montrent un mécontentement croissant du public et un soutien en baisse à la démocratie en tant que meilleur système de gouvernement.

Enfin, nous nous tournons vers deux pays au nord, le Ghana et la Tunisie. Le Ghana est devenu le leader démocratique du continent, en partie parce que, contrairement à leurs homologues d'Afrique, les citoyens ont voté plusieurs fois contre le parti au pouvoir.

La Tunisie, quant à elle, était apparue comme le seul pays du Printemps arabe à maintenir une voie démocratique. Alors que le pays s'efforçait de réaliser les gains économiques et politiques espérés, le soutien à la démocratie a chuté de 13 points au cours de la décennie, même si la satisfaction a augmenté d'une marge similaire.

Cependant, les références démocratiques de la Tunisie sont remises en question après la décision du président en juillet de dissoudre le Parlement et de s'emparer de la quasi-totalité du pouvoir.

La Tunisie a sa toute première cheffe du gouvernement. Ce n'est pas aussi bon pour la démocratie qu'il y paraît,'' toujours selon l’article de Washington Post.