Publié le 02-12-2009

Sida : la sensibilisation avant tout

Le sujet du sida est timidement abordé mais sa propagation ne l’est pas. Une ignorance de la maladie qui augmente ses risques et une insouciance qui peut s’avérer fatale. Le Sida est une réalité, et une seule journée pour la lutte contre cette maladie n’est malheureusement pas suffisante.



Sida : la sensibilisation avant tout

Le sujet du sida est timidement abordé mais sa propagation ne l’est pas. Une ignorance de la maladie qui augmente ses risques et une insouciance qui peut s’avérer fatale. Le Sida est une réalité, et une seule journée pour la lutte contre cette maladie n’est malheureusement pas suffisante.

En 2006, la Tunisie comptait 1400 séropositifs avec une moyenne de 70 nouveaux cas chaque année. Si les chiffres montrent une faible prévalence, la réalité est bien inquiétante, car les enquêtes démontrent une forte méconnaissance chez les jeunes, non seulement du sida mais aussi des autres maladies sexuellement transmissibles. Comportements à risques et rapports sexuels non protégés, la réalité de la jeunesse tunisienne est loin d’être rassurante.

Au Manque de sensibilisation et de prévention, s’ajoute une mentalité de tabou, et loin d’éviter le fléau, cette attitude renforce sa propagation. Une faible connaissance des MST et de leur infection a été révélée suite à des enquêtes auprès des jeunes : dans la tranche d’âge des 15-24 ans, 39.5% affirment ne pas connaître le préservatif et seuls 28.3% avouent avoir utilisé le préservatif lors de leur dernier rapport sexuel (source Gnet). Des chiffres alarmants qui dénotent une grande méconnaissance du virus et des MST et une forte insouciance.

Les moyens de prévention sont là, mais c’est l’ignorance de leur existence qui prévaut. Outres le préservatifs et médicaments pour les infections des MST, 19 centres de dépistage existent en Tunisie, mais on n’y fait pas la queue, on n’en entend même parler. Résultat des courses, plus de 50% des cas séropositifs sont dépistés à un stade tardif de la maladie.

L’association tunisienne de lutte contre les MST/Sida, section de Tunis, prévoit une campagne d’une durée de six mois à partir du 1er décembre. Une campagne à ponctuelle pour célébrer la lutte contre le Sida, c’est déjà bien, mais c’est loin d’être suffisant. Médecins et éducateurs doivent se concerter pour communiquer et sensibiliser les gens aux dangers de ce fléau.

 

Sarah B.H


l-sida-011209-1.jpg