Publié le 12-04-2021

La Tunisie n’a pas demandé de nouveau financement au FMI, déclare Jihad Azour

Jihad Azour, directeur du département MENA au FMI, a déclaré: «La Tunisie n'a pas encore demandé un nouveau programme de financement au Fonds » et ce suite aux déclarations du ministre des Finances selon lesquelles les discussions sur de nouveaux financements commenceront ce mois-ci.



La Tunisie n’a pas demandé de nouveau financement au FMI, déclare Jihad Azour

Le gouvernement tunisien et l'Union générale du travail, se sont mis d'accord sur un ensemble de réformes économiques à la fin du mois dernier qui aborde les questions de subventions, d'impôts et des entreprises publiques, ce qui pourrait ouvrir la voie à un accord avec le FMI.

Le 31 mars, le ministre des Finances, de l'Economie et de l'Appui à l'Investissement, Ali Kooli, a déclaré: "Une délégation tunisienne entamera des discussions sur un programme de financement avec le fonds à la mi-avril".

"Nous n'avons reçu aucune demande des autorités concernant un nouveau programme", a déclaré Jihad Azour, directeur du département MENA du fonds.

"Le fonds a été très actif en Tunisie au cours des dix dernières années, soutenant le processus de transition en Tunisie, et nous sommes impatients de travailler davantage avec les autorités pour explorer les moyens d'aider la Tunisie à l'avenir", a-t-il déclaré.

L'économie tunisienne a reculé de 8,8% l'année dernière alors que la pandémie de Covid-19 affectait des secteurs vitaux tels que le tourisme, mais une croissance de 3,8% est attendue cette année, selon les estimations du FMI.

Azour a déclaré: "Je pense qu'il est important pour la Tunisie de définir un calendrier de réformes complet qui résout une dette en croissance rapide, met l'économie sur une trajectoire de croissance plus rapide et élargit également la portée du système de protection sociale en réformant le secteur public, en particulier les entreprises publiques. "

L'année dernière, la Tunisie a obtenu environ 750 millions d'euros grâce à un prêt d'aide d'urgence du Fonds pour faire face aux répercussions économiques de l'épidémie de Coronavirus.