Publié le 04-09-2019

L'Etat a voulu céder une terre boisée qui ne lui appartient pas

A la conférence de presse organisée par le ministère de l’Agriculture tenue aujourd’hui à son siège, Samir Taieb a évoqué plusieurs points qui ont créé la polémique dernièrement : la gestion des céréales, la terre plantée de pins et les ressources hydrauliques.



L'Etat a voulu céder une terre boisée qui ne lui appartient pas

Céréales

Taieb a parlé de la récolte record de cette année qui a dépassé les capacités de stockage de la Tunisie. Il a précisé que certaines céréales peuvent rester en plein air et ne sont cachés à l’intérieur qu’avant les pluies. 3000 quintaux d’orge restent, justement, en plein air car il est plus résistant que le blé.

Des mesures ont été décidées pour préparer la saison prochaine :

Réintégrer le secteur public pour le transport, déjà cette année nous avons transporté via le train.

Réétudier la capacité des centres de stockage et leur état et créer un nouveau centre de collecte à Djebel Jelloud.

Il a expliqué que l’acheminement et le stockage seront finis cette semaine, ce qui reste à stocker c’est seulement de l’orge. Les quantités qui ont été dilapidées ne dépassent pas les 5% de toute la récolte qui est le seuil de perte normal instauré.

Par ailleurs, le ministre a ajouté qu’il faut considérer la saison comme finie et réussie avec un manque à gagner de 200 à 350 millions de dinars pour la trésorerie car ils ne sont pas dépensés à l’importation de blé. 

La terre boisée

Concernant la terre boisée de 200 HA cédée par le ministère de l’Agriculture, selon un document relatée sur les médias sociaux et qui avait créé une polémique houleuse prétendant que le ministre dilapidait les ressources de l’Etat, ce dernier a précisé certains points :

Les 200 HA de terre boisée en question ne sont pas la propriété de l’Etat voilà pourquoi elle n’a pas fait l'objet d’un appel d’offre public

Le document qui a circulé sur le net a été une tentative du ministère pour se réapproprier la terre qui ne lui apprtient pas pour pouvoir la céder à nouveau

Cette terre est en très mauvais état et la majeure partie des arbres qui s’y trouvent sont en très mauvais état et sont inéxploitables

Il y a une loi stricte qui organise le déracinement des arbres et leur exploitation et le ministère ne l'a en aucun cas outrepassée

Les ressources hydrauliques et anticipation des crues

Concernant la crise des coupures de l'eau courante qu'a connue le pays le jour de l'aid, Samir Taieb a évoqué plusiuers explications qui ont été déja évoquées pendant la conférence de presse précédente consacrée à la SONEDE et aux ressources hudrauliques :

Le réseau de la SONEDE est usé et nécessite de la rénovation

L’eau courante dépend de l’électricité 

L’eau des barrages doit être traitée avant d’être acheminée à la consommation