Publié le 17-08-2019

Inquiétante amplification du trafic d’objets archéologique en Tunisie

En mars de cette année, les fonctionnaires des douanes de Sfax ont intercepté une voiture transportant plus de 600 pièces de monnaie antiques. Le conducteur fait actuellement l'objet de poursuites pénales et une enquête plus large a été ouverte.



Inquiétante amplification du trafic d’objets archéologique en Tunisie

La corruption et un cadre juridique faible transforment les artefacts culturels en objets faciles à prendre pour les trafiquants.

La Tunisie compte jusqu'à 50 000 sites d'intérêt historique. Dans une interview accordée à ENACT, Youssef Cherif, archéologue et spécialiste des relations internationales, a déclaré que les saisies d'antiquités pillées se produisaient une fois par semaine en Tunisie.

«La célèbre ville de Carthage et une grande partie du pays ont été construites sur les ruines des civilisations précédentes qui ont dirigé la Tunisie», explique Cherif. Les villes anciennes étaient bâties les unes sur les autres, avec des bâtiments recouvrant d'anciens objets.

Les objets victimes de la traite varient des statues et des pièces de monnaie aux métaux précieux, aux mosaïques et aux manuscrits. Les experts mentionnent également des céramiques puniques rares et précieuses de l'ancienne Carthage. Selon Cherif, ces objets sont envoyés à l'étranger, souvent aux enchères européennes d'art et d'antiquités ou aux collectionneurs des pays du Golfe.

La plupart des sites n’ont été classés ni par l’UNESCO ni par l’Institut national du patrimoine (INP) en Tunisie et sont exposés à des risques tels que la détérioration et le vol. La classification est importante car elle permet aux objets d'être marqués, authentifiés et tracés.