Publié le 05-08-2019

Tout ce qu'il faut savoir sur les 'IDE' par Hassen Zargouni

Dans un post sur son profil Facebbok, Hassen Zargouni a détaillé les différentes statistiques du flux d’investissements directs à l’étranger et leur évolution.



Tout ce qu'il faut savoir sur les 'IDE' par Hassen Zargouni

Zargouni après avoir exposé les chiffres, a expliqué combien une meilleure conjecture sociale et politique pourrait être plus encourageante à ramener des investisseurs étrangers en Tunisie.

Chiffre du lundi matin

Les flux d’investissements directs à l’étranger (IDE) entrants bruts vers la Tunisie sur le premier semestre (S1) de 2019 ont progressé de +16,6% en g.a. à 1 251,0 M TND.

Il est important de noter que la hausse des IDE entrants bruts vers la Tunisie est liée en grande partie à la dépréciation du dinar. La hausse s’avère en effet beaucoup plus faible en euros (+2,9% en g.a.) qu’en dinars. Par ailleurs, les flux d’investissements de portefeuille (investissements en bourse) sur les six premiers mois de 2019 ont diminué de -34,1% en g.a. et demeurent ainsi résiduels (à 45,6 M TND fin juin 2019).

Par secteur

ils étaient répartis comme suit : 53,1% étaient orientés vers le secteur industriel, 39,2% vers le secteur énergétique, 7,2% vers le secteur des services et 0,5% vers le secteur agricole.

La hausse des IDE vers la Tunisie

au S1 2019 en g.a. s’explique en intégralité par l’augmentation des IDE vers le secteur industriel tunisien (+64,9% en g.a. à 664,7 M TND fin juin 2019), en particulier vers les secteurs de la chimie et du caoutchouc (+3053% à 133,1 M TND) et les secteurs de l’électrique et de l’électronique (+63% à 280,6 M TND).

A contrario

les secteurs de l’énergie et des services ont contribué négativement à cette croissance avec respectivement une baisse de -6,9% en g.a. (à 490 M TND) et -34,7% en g.a (à 90 M TND).

En conséquence

les flux d’IDE entrants hors énergie au S1 2019 en g.a. ont fortement progressé (+39,2% en g.a.).

Sur le plan bilatéral

Cette hausse est en grande partie imputable aux investissements en provenance d’Autriche. En un an, la part des flux d’IDE autrichiens dans le total des flux d’IDE (hors énergie) en Tunisie est passée de 4,3% sur le 1er semestre de 2018 à 17,8% sur le 1er semestre de 2019 (soit 135,4 M TND), ce qui fait de l’Autriche le 2ème pourvoyeur d’IDE vers la Tunisie. Dans une moindre mesure, la France et l’Allemagne, respectivement 1er et 3ème fournisseurs d’IDE en Tunisie sur la période, ont aussi fortement contribué à la croissance des IDE hors énergie en Tunisie. Sur la période, les IDE français vers la Tunisie atteignaient 265,7 M TND (soit 34,9% du total, en hausse de +23,8% en g.a.) et les IDE allemands vers la Tunisie s’élevaient à 104,8 M TND (soit 13,8% du total, en hausse de +102,9%). Ces flux d’IDE (hors énergie) au S1 2019 ont permis de créer 6 298 emplois (dont 1 935 grâce aux IDE en provenance d’Allemagne et 1 799 grâce aux IDE en provenance de France).

A noter toutefois que seuls 17% des flux d’IDE hors énergie vers la Tunisie sont des créations d’IDE (9,5% dans le cas des IDE français hors énergie), le reste étant des extensions d’IDE.

De plus, les flux d’IDE (hors énergie) sont fortement concentrés au niveau régional : 37% des IDE au S1 2019 sont dirigés vers le Grand Tunis (285,8 M TND).

2019 est une année électorale

L’investisseur étranger, averse au risque, semble se retenir avant d’y voir plus clair en 2020. La poursuite du processus démocratique avec des élections sincères qui aboutissent à un leadership rassurant et une gouvernance stable du pays sont à même pour favoriser l’attrait de la Tunisie en termes d’investissements directs étrangers, l’état de droit étant la condition première pour s’intéresser à notre pays. La compétitivité au niveau logistique, ressources humaines, fiscalité, charges sociales, code du travail... viennent après une justice indépendante et la protection juridique des droits des investisseurs.