Publié le 06-07-2019

Decashing, l’utopie bancaire qui peine à se concrétiser

Khaled Bettaieb, DG de la société monétique en Tunisie, a déclaré qu’une nouvelle étape a été entamée dans la stratégie adoptée cette année et qui est le decashing.



Decashing, l’utopie bancaire qui peine à se concrétiser

Une niche bien déterminée est concernée par cette nouvelle étape, selon le DG de la société monétique en Tunisie. C’est celle des librairies et des papeteries qui vont être incités à faire toutes leurs transactions par carte de crédit ou par carte prépayés. Au vu de la demande grandissante du cahier subventionné à assurer dans les prochains mois, il faut couper la route au marché parallèle, a-t-il précisé. 

Il a ajouté que les choses avancent par étapes mais sûrement et que plusieurs autres niches à investir existent. Il a cité entre autres : les vendeurs de tabac, les kiosques à journaux,…

Un projet de loi est, par ailleurs, prêt pour limiter la commission de paiement à 1.5% au lieu de 3% ou plus sur lequel la communauté bancaire et la Banque Centrale ont été d’accord. Il va être prochainement appliqué, a annoncé Bettaieb.

Le decashing est une ambition légitime pour un pays qui veut mettre fin au commerce parallèle mais les problèmes que confronte le citoyen au quotidien pour payer en ligne ou par TPE sont multiples. Les bugs ou problèmes de réseau sont multiples quand le système existe déjà où que l’appareil n’est pas carrément cassé, surtout dans les régions intérieures.

Mais même si les efforts sont fournis pour parer ou limiter ces situations, il ne faut pas oublier que seuls 30% des citoyens tunisiens sont intégrés dans le système bancaire.

Du chemin reste à faire pour inciter les gens à quitter leurs portes-monnaies ou à remplacer un déplacement inutile en agence ou à la recette des finances par une simple transaction électronique, mais ne perdons pas espoir de voir ces tentatives aboutir à limiter, ne serait-ce qu’un peu, le commerce parallèle.