Publié le 29-04-2019

La STEG, vers une facturation plus souple, transparente et réelle

Chaque été, les Tunisiens, dont les habitudes deviennent de plus en plus gourmandes en climatisation, renouent avec un pic de la consommation d’électricité dû aux fortes chaleurs sur la quasi-totalité du territoire. L’été dernier, ce pic a été estimé à 4025 mégawatts (MW). Une augmentation de ce pic à 4100 MW est prévue cet été, mais la STEG promet zéro coupure d'électricité grâce à des mesures prises à l'avance, selon Mounir Ghabry, directeur chargé des relations avec les citoyens auprès de la STEG.



La STEG, vers une facturation plus souple, transparente et réelle

Mounir Ghabry a déclaré qu’ En plus de la mobilisation de son personnel dans tous les secteurs de production, transport et distribution, électriciens et gaziers, la STEG va continuer, bien sûr à appuyer toute action de sensibilisation à l'économie d'énergie, surtout en périodes de pointe, mais elle a déjà prévu un plan B en cas de besoin.

C'est un système backup de 400 mégawatts mis à la disposition de la société grâce à l’accord d’échange d’électricité avec le groupe SONELGAZ de l’Algérie et dans le cadre d'accords entre les sociétés maghrébines, dont l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) du Maroc. L’année dernière, le seuil d’échange entre les centrales tunisiennes et algériennes s'est élevé pour la première fois de 150 à 300 mégawatts, nous l’avons encore augmenté cette année pour atteindre le seuil historique de 400 MW, ce qui va nous permettre une marge de manœuvre très importante. C'est environ le 10ème de notre capacité nationale et c'est comme si nous avons une centrale à notre disposition, exploitable au besoin, au moindre coût.

Le directeur chargé des relations avec les citoyens à la STEG, a annoncé que malgré les difficultés reconnues sur le plan financier, la STEG a déployé des efforts pour se moderniser et se mettre au niveau des meilleures sociétés semblables aux plans technique et de la gestion. C'est dans ce contexte que ce projet est considéré comme très intéressant en apportant des solutions tant attendues par notre clientèle.

Ainsi, la STEG va commencer, cet été, l'installation des compteurs intelligents, une composante essentielle du projet, dans la région de Sfax où 400 mille compteurs intelligents seront installés. Ces types de compteurs seront ensuite généralisés aux 4 millions de clients de la STEG sur tout le territoire tunisien. Cette opération permettra un gain considérable en matière de maitrise de coûts et aussi d’amélioration de la qualité des services rendus à notre clientèle. Ceux-ci auront la possibilité de contrôler leur consommation, d’où un gain de confiance dans le système de facturation de la société.

Les problèmes des factures intermédiaires et estimées seront finalement résolus par une facturation plus souple, transparente et réelle. Avec la possibilité d’un système prépayé, le client pourrait acheter, d’avance, sa consommation d’électricité selon ses besoins et avant d’atteindre la fin du solde, un message lui sera adressé pour le prévenir. Le client aura aussi la possibilité de suivre sa courbe de charge et ainsi maitriser sa consommation…

Par ailleurs, Il a signalé que d’ici l’été, il sera possible de payer la facture STEG par téléphone portable. Ceci pourrait aider à éviter les encombrements et le gaspillage du temps et du papier. En juin prochain, les clients pourront aussi, à travers le site web rénové de la société (actuellement en réforme), extraire leurs factures avec des codes à barre et les payer partout dans les zones les plus proches y compris à la poste. A travers l’espace client sur le site de la société (steg.com.tn), les clients pourront, pour la première fois, saisir l’index de leurs consommations, électricité et gaz, éditer leurs factures et les payer virtuellement, sans besoin de se déplacer…

Il y a aussi le service SMS auquel sont abonnés environ 2 millions de clients. Ce service est gratuit et permet au client d'être informé, par SMS, de l’édition de sa facture ou de tout retard éventuel de paiement.
 


Source: TAP