Publié le 15-03-2019

Ghali, à la prison de San Vittore en Italie, chante I love You

Les murs commencent à trembler lorsque Ghali décide de monter le volume de son nouveau single «I Love You» au maximum, présenté en avant-première nationale à une soixantaine de détenus et de prisonniers de moins de 25 ans de la prison de San Vittore. 



Ghali, à la prison de San Vittore en Italie, chante I love You

Beaucoup se lèvent pour danser au rythme de la chanson que le rappeur de 26 ans a intitulée "lettre d'amour à un prisonnier imaginaire". "J'ai de très bons souvenirs quand j’étais venu rendre visite à mon père emprisonné ici étant enfant", a-t-il déclaré. "C'est le fils d'un autre prisonnier qui m'a fait découvrir ce qu'est la beat box (une technique qui consiste à reproduire les sons d'un tambour avec la bouche)".

Avant le début de la présentation, au rond-point où convergent les rayons de la maison incarcérale, Ghali reste quelques minutes parmi le public. Il rit, plaisante, embrasse, à l'aise parmi les garçons et les filles qu’il a côtoyé ces derniers jours. Parmi eux, il y a aussi Karim, dont l'interview, publiée sur la chaîne youtube du rappeur, a déjà reçu des centaines de milliers de vues.

"Passer du temps avec vous ces jours-ci a été spécial", sont les paroles qu'un garçon tunisien lui adresse. La nouvelle chanson du jeune homme né et élevé à Baggio, dans la banlieue de Milan, de parents tunisiens est sortie hier jeudi 14 mars, exactement un an après Cara Italia, un triple disque de platine avec une vidéo qui a été vue plus de 107 millions de fois. 

Mais "Je t'aime", dit Ghali, n'est pas simplement une chanson, mais un projet "visant à ce que la prison communique avec le monde extérieur". L'intention est déjà visible sur la couverture du single : outre l'image du moonwalk, le pas de danse bien connu de Michael Jackson, l'un de ses artistes préférés, on voit une balle stroboscopique attachée à une cheville et une végétation dense derrière les barreaux. "Les plantes représentent le désir de vivre, de s'épanouir et de danser dans la cellule".

Les fresques murales montrant à l’écran les mots "La musique libère tout le monde" réalisées à San Vittore par Ghali et par l’artiste napolitain Jorit. Une partie de l'œuvre sera vendue aux enchères et la recette ira à une association de jeunes et de femmes de San Vittore. "Ce fut une année de grande satisfaction - a-t-il dit - c'est pourquoi j'ai pensé prendre cette initiative. Je voulais prendre les visages de ces gars-là, leurs histoires et les faire sortir d'ici".
 


Source: ANSA
ghali-i-love-u-150319.jpg

blog comments powered by Disqus