Publié le 25-07-2012

Chedly Ayari gouverneur de la BCT, fragilisé par les opposants à sa nomination

L'Assemblée nationale constituante (ANC) a approuvé, au terme d'une séance plénière tenue mardi après mardi, la nomination de Chedly Ayari, nouveau gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT).



Chedly Ayari gouverneur de la BCT, fragilisé par les opposants à sa nomination

Cette nomination reste néanmoins fragile du fait de l'ecart minime entre les 96 voix pour et les 87 contre.

 

Plusieurs constituants ont protesté contre la légitimité de l'opération de vote, mettant en doute la conformité du nombre des participants au vote avec le nombre des constituants présents à la séance plénière.
 

Un échange d'accusations et d'injures entre députés d'Ennahdha et des constituants représentants d'autres partis a marqué la séance plénière. Le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar a appelé les constituants à garder le calme et à ne pas céder aux provocations.
 

Certains constituants ont accusé Ben Jaafar "d'avoir soutenu le mouvement Ennahdha au détriment de l'opposition" qui avait, notamment, justifié son refus de nommer Chedly Ayari gouverneur de la BCT par son parcours politique douteux (proche de l'ancien régime) et la question de son renvoi, dans les années 80, de la Banque Arabe pour le développement économique en Afrique.
 

Les députés du mouvement Ennahdha, Ettakattol et un groupe du CPR, ainsi que d'autres députés indépendants ont défendu la nomination de M. Ayari au poste de gouverneur de la BCT, estimant qu'il est "le mieux habilité à promouvoir la BCT en cette phase de transition".
 

De son coté Mohamed Abbou secrétaire général du Congrès Pour la République (CPR), a affirmé qu'il aurait été préférable de ne pas nommer Chedly Ayari au poste de gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) en raison du rôle qu'il a joué pendant l'ancien régime.


bct-250712-1.jpg