Publié le 15-03-2012

S.Dilou : Près de 900 faux dossiers pour bénéficier des indemnités des blessés de la révolution !

Le ministre des droits de l'Homme et de la justice transitionnelle Samir Dilou a indiqué hier que le traitement  des dossiers des blessés et des martyrs nécessite du temps et une coordination entre plusieurs ministères surtout qu’il y a des centaines de personnes qui ont déposé de faux dossiers pour bénéficier d’indemnités !



S.Dilou : Près de 900 faux dossiers pour bénéficier des indemnités des blessés de la révolution !

Reçu hier par la commission spéciale des martyrs, des blessés de la révolution et de l'application de l'amnistie générale relevant de l'Assemblée nationale constituante, Samir Dilou a indiqué que le ministère des droits de l'Homme et de la justice transitionnelle a reçu trois listes de noms en provenance du ministère de l’Intérieur, du comité supérieur des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, et de la commission nationale d’investigation sur les dépassements et les violations enregistrés avant la révolution : " Comparant les listes, on a noté qu’il y a beaucoup de différences entre les données fournies par ces trois parties : Le nombre des noms dans la liste déposée par le ministère de l’Intérieur dépassent largement les autres. Selon la liste du ministère de l’Intérieur, le nombre des martyrs s’élève à 319 personnes, et les blessés compte plus de 4470 " a-t-il souligné.

 

Le ministre des droits de l'Homme et de la justice transitionnelle a expliqué qu’il faut se mobiliser pour accélérer le traitement de ces dossiers (étude des dossiers, prise en charge médicale notamment) mais les données doivent être révisées et vérifiées afin de trancher définitivement et correctement avec cette affaire : " On a découvert que plusieurs personnes ayant bénéficié du versement de la première tranche des indemnités étaient des blessés fictifs."

 

" A cette étape, on a décidé d'envoyer à l'étranger 17 blessés de la révolution pour soins, on a privilégié les cas qui méritent d'être traités à l'étranger. L'Etat du Qatar et l'Allemagne ont  proposé à la Tunisie de prendre en charge des soins d'un certain nombre de blessés de la révolution, mais le gouvernement avait refusé ces offres considérées comme étant une atteinte à la souveraineté nationale." a déclaré Samir Dilou. 

 

Dans le même contexte, le président de la République provisoire, M. Moncef Marzouki, a reçu, depuis deux jours, au Palais de Carthage, les représentants de l'Association tunisienne d'aide aux blessés de la révolution pour suivre de près l’avancement de ce dossier et pour rappeler l’urgence d'accélérer le règlement de la situation des familles des martyrs et des blessés de la révolution.


H.Manel
commission-150312-1.jpg