Publié le 10-06-2011

Un ancien majordome des Ben Ali raconte 20 ans au palais présidentiel

Ancien majordome au palais présidentiel tunisien, Lotfi Ben Chrouda raconte dans un livre ses vingt années au service de Leïla Trabelsi et Zine el-Abidine Ben Ali. Un poste qui n’avait rien d’un privilège. Il a passé vingt ans au service de Leïla Trabelsi, épouse de l’ex-président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali. De ce quotidien, Lotfi Ben Chrouda tire aujourd’hui un livre, "Dans l’ombre de la reine", paru le 9 juin aux éditions Michel Lafon.



Un ancien majordome des Ben Ali raconte 20 ans au palais présidentiel

Dans un entretien à France 24, il explique que " la révolution a vraiment été un effet de surprise pour les Ben Ali (...) C’est seulement à partir du 13 janvier qu’ils se sont rendu compte qu’ils n’avaient pas été justes envers le peuple tunisien ".

 

Vingt années durant, Lotfi Ben Chrouda a surtout été un observateur du quotidien de l’ancien couple présidentiel. L’ex-majordome détaille ainsi que " Ben Ali ne pouvait rien dire, c’était Leïla qui contrôlait tout". Selon lui, elle faisait même usage de la "magie noire" afin de garder le contrôle sur son mari. Envers le personnel du palais, elle se montrait cruelle, allant jusqu’à plonger les mains d’un cuisinier dans l’huile bouillante. " On était vraiment maltraité, c'était oppressant ", assure Ben Chrouda. " En fait personne n’avait le choix. Tout le monde avait peur (…) On avait tous signé un papier comme quoi nous n’avions pas le droit de parler. C’était dur mais personne ne pouvait quitter le palais, autrement c’était la prison."

 

Bien que majordome de la "reine" Leïla Trabelsi, et également au service du président Ben Ali, Lotfi Ben Chrouda n’a jamais tenu le rôle de confident, loin s’en faut. " Ben Ali considérait les Tunisiens comme ses esclaves, affirme-t-il. Il ne me demandait jamais comment j’allais." "Je n’étais qu’un simple majordome", résume-t-il, assurant ne pas être un "collaborateur" des Ben Ali, et se félicitant de la chute du régime pour lequel il a travaillé : "Heureusement qu’il y a eu la révolution."

 

Lotfi Ben Chrouda explique ainsi avoir écrit ce livre pour " réhabiliter tous les Tunisiens qui ont travaillé dans les palais au service des Ben Ali ". Lui, a refusé d'y retourner depuis la chute du régime de Ben Ali. "J’ai envie d’oublier ce qui s’est passé et de prendre ma retraite", conclut l’ex-majordome.


lotf-100611-1.jpg