Déclaration du Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux concernant les récentes mesures gouvenmentales relatives au secteur touristique

Depuis le début de 2015, l’économie tunisienne est témoin d’opérations terroristes récurrentes visant le secteur touristique, considéré comme un secteur sensible et ayant des implications directes et indirectes sur les différents secteurs de l’économie tunisienne.



Déclaration du Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux concernant les récentes mesures gouvenmentales relatives au secteur touristique

En effet, les dernières études sectorielles  stipulent que le secteur du tourisme constitue 7.4% du P.I.B. de 2014 et emploie 473 mille individus, soit 13.9% de l’emploi national, dont 239 mille emplois directs, entre hôtels, agences de voyage, sociétés de transport aériens et sociétés de transports touristiques.

Par ailleurs, le secteur touristique constitue la deuxième source nationale d’entrées de Devises.

Malgré son poids stratégique, ce secteur souffre, depuis des années, d’un certain nombre de problèmes d’infrastructure, que les différents acteurs et intervenants n’ont pas réussi à résoudre ni à passer outre.

L’évolution de ces contraintes s’explique, aussi bien, par la vision traditionaliste et non critique des différents responsables, que, par l’absence de professionnalisme et de sérieux de la part des hôteliers.

En outre, Le secteur est témoin, depuis un certain nombre d’années (bien avant 2011), de la non diversité des produits touristiques, de la régression, en qualité, des services proposés par les unités touristiques, ainsi que de la dominance des intervenants étrangers (entre chaines touristiques internationales, agences de voyage et de promotion, Tours operators, agences de transport étrangères, etc.).

L’absence de solidarité et de coopération, la concurrence accrue ainsi que la politique de low-cost, pour attirer les touristes étrangers, au dépend de la qualité des services proposés, entre les différents acteurs locaux contribuent fortement à la faillite de ce secteur.

Ce secteur subit, également, l’absence d’un climat d’encouragement, de promotion et de développement de nouvelles perspectives remarquables, à travers, l’entretien et la valorisation (quasi-absents) des monuments historiques, l’absence d’espaces d’activités culturelles dans les villes, la qualité, non satisfaisante, des services de transport et des ères de repos, l’absence d’entretien et de propreté des espaces publiques, la cherté des produits artisanaux, etc. .

L’ensemble des facteurs énumérés ci-dessus, ont fortement contribué au recul du secteur touristique tunisien dans la demande internationale.

 De plus, la non-valorisation du potentiel et des alternatives de ce secteur ont eu pour conséquences une accumulation de difficultés avec les organismes bancaires et financiers pour incapacité de payement et insolvabilité (premier secteur en termes de surendettement), avec la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, pour retard de payement des charges patronales et cotisations sociales, avec les organismes publiques, tels que la S.T.E.G., la S.ON.E.D.E., ainsi qu’avec de nombreux autres fournisseurs de produits et services.

La non exploitation des énergies renouvelables telles que l’énergie solaire ou l’eau pluviale, l’absence de politique pour cibler et attirer le touriste local et la non-conformité des mesures et dispositifs de sécurité et de surveillance, sont autant d’exemples témoins d’une mauvaise gestion des coûts, des ressources ainsi que des opportunités stratégiques que connait ce secteur.

Il est, néanmoins, déplorable que les récentes mesures gouvernementales ne proposent que des solutions contextuelles à court terme sans aucune distinction quant aux instituions touristiques sérieuses, soucieuses des normes sectorielles ainsi que du respect de leurs engagements auprès de leurs différents partenaires et ce, dans un réel souci, de développer de meilleurs produits. Ces instituions, même, attendent d’avantage de mesures d’encouragements à travers certaines aides financières, des allégements fiscaux ainsi qu’une éventuelle annulation de la dette sectorielle.

Il est à noter, que ces mesures ne feront que transférer les difficultés du secteur vers les institutions et les secteurs partenaires comme le Trésor Public, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, les Sociétés de Transport Aérien et Terrestre, etc.

Compte tenu de ces différentes données, le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux propose l’ensemble des mesures suivantes :

·         La réalisation d’une étude sérieuse sur l’état du secteur touristique en mettant à contribution les différents acteurs et intervenants liés directement ou indirectement au dit secteur, ainsi que la mise en place d’une stratégie, à long terme, de soutien et de valorisation de son avantage concurrentiel, basée sur des relations partenariales et une définition des responsabilités et obligations de chaque acteur ;

·         La réalisation d’une évaluation objective, de la rentabilité du secteur, de la gestion des coûts, des avantages accordés et des concessions que supporte la collectivité pour la promotion du tourisme tunisien ;

·         La mise en place d’une aide afin de soutenir et d’encourager les institutions touristiques sérieuses caractérisées par une bonne gouvernance, veillant à respecter, scrupuleusement, leurs engagements financiers et l’amélioration de leurs situations par opposition, à celles qui ne font que bénéficier des aides, des avantages à des fins d’enrichissement personnel au dépend de la collectivité ;

·         Le recours à des mesures ayant des conséquences monétaires déplorables sur les différentes institutions étatiques partenaires qui souffrent, de leur côté, de difficultés financières ;

·         La prise en charge, à court terme, de la gestion des ressources humaines relative au secteur en développant un programme de formation, de parrainage et d’encadrement, en donnant la priorité à l’amélioration des services touristiques, de l’aspect des institutions en terme de propreté, d’esthétique, de maintenance et de sécurité ;

·         L'adoption du Pland'action de restructuration sectorielle et de mise en place de relations de coopération et de solidarité importantes entre les différents intervenants locaux, en réduisant les relations de pression et de dominance étrangères que subit le secteur touristique.