Publié le 24-04-2010

Entre modernisme et tradition, quel est votre choix ?

Il existe dans nos mœurs tunisiennes diverses façons de célébrer la future union d’un couple. Entre la démesure et la simplicité, chacun y va de son compte, en suivant les coutumes de sa région, en tenant compte des moyens financiers du futur conjoint...



Entre modernisme et tradition, quel est votre choix ?

Il existe dans nos mœurs tunisiennes diverses façons de célébrer la future union d’un couple. Entre la démesure et la simplicité, chacun y va de son compte, en suivant les coutumes de sa région, en tenant compte des moyens financiers du futur conjoint, ou conjointe, ou en se pliant à la volonté de l’une ou l’autre, et vraisemblablement celles de leurs familles respectives.
 
En s’enquérant sur les préférences actuelles des tunisiens pour célébrer une fête de mariage comme il se doit, les réponses s’opposent.
 
Certaines personnes, qualifiant leurs visions de moderne tout en restant fidèles aux traditions, nous disent opter pour un mariage, sans vanités ni futilités. Tout commence par les fiançailles, les familles se réunissent avec quelques invités pour annoncer la bonne nouvelle, et danser le temps d’une soirée. Le mariage se fait à la va vite, passage devant monsieur le maire, une réception ou une soirée le temps d’un dîner, et les mariées convolent en justes noces.
 
 
D’autres personnes, soucieuses du qu'en dira t-on, et du paraître, ou dans un registre de piété filiale, préfèrent s’en tenir aux coutumes de leurs régions, en suivant minutieusement ce qui se fait d’usage. Pour demander la main de la fille, la famille du prétendant (avec l’accord de la fille tout de même), munie de la fameuse bague, accessoirement d’un grand gâteau, est conviée chez la fiancée à l’occasion de la "Fetha". Les femmes d’un côté, les hommes de l’autre, on récite les versets coraniques de sourate el Fetha, et on célèbre les fiançailles avec les youyous des femmes. S’en suit la la fête de fiançailles « officielle », avec des festivités en fanfare, invitations, location de la salle, de la robe, commande chez le traiteur, et réservation de l’orchestre. Viennent ensuite, les étapes qui succèdent aux fiançailles, et qui différent selon la région : Mlek, Hena, Woutya, Mariage, Sbeh… Un périple de 7 jours et 7 nuits par respect de la tradition.
 
Ces deux visions bien que contradictoires, reflètent l’ancrage des valeurs familiales et traditionnelles dans la société tunisienne. On a beau croire qu’en 2010, les choses ont changé, un mariage tunisien quelle que soit sa forme, demeure à quelques détails prêts, une reproduction de ce qui faisait à l’époque de nos grands parents. On donne certes l’illusion d’une société moderne, fortement européanisée, nos coutumes, et nos usages qui reflètent notre identité, sont et restent inébranlables face à l’envahissement croissant des cultures étrangères.
 
Y.L

 
Source images:Manuel Meszarovits

mariage-240410.jpg