Publié le 27-01-2010

Dans l'univers de Massir

Massir est une très charmante femme, qui a fait de son blog un espace de psychologie et de débats autour de sujets souvent tabous. Religion, condition de la femme, vie conjugale et adultère, Massir évoque tout mais pas n’importe quoi, et surtout pas n’importe comment. Cultivée, subtile et passionnée, elle nous a fait le plaisir de la rencontrer le temps d’une interview.



Dans l'univers de Massir

Massir est une très charmante femme, qui a fait de son blog un espace de psychologie et de débats autour de sujets souvent tabous. Religion, condition de la femme, vie conjugale et adultère, Massir évoque tout mais pas n’importe quoi, et surtout pas n’importe comment. Cultivée, subtile et passionnée, elle nous a fait le plaisir de la rencontrer le temps d’une interview.

 

Qui se cache derrière Massir ?

Une femme de 45 ans, mariée et maman de deux enfants. Je suis juriste et travaille dans l’immobilier.

Pourquoi t’as crée un blog, et pourquoi Massir?

Pour le pseudo, c’est une simple histoire de coïncidence. Je devais m’inscrire sur un forum, j’ai donc essayé plusieurs pseudos bateau du genre espoir, espérance, mais ils étaient tous pris. Entre temps, la chanson du film Massir de Youssef Chahin passait à la radio, et vu que j’aimais beaucoup ce film pour son message de tolérance et d’anti-islamisme, je me suis dite : ce sera Massir ! Pour ce qui est du blog, une personne avait posté le lien d’un blog sur un forum, et c’est comme ça que j’ai découvert le monde des blogs. Le concept m’a plu et je me suis dite pourquoi je ne ferais pas la même chose…

Tu parles beaucoup des femmes sur ton blog. Est-ce que tu te considères plutôt  comme féminine ou féministe ?

Ni l’un ni l’autre ! En fait si par féminine tu veux dire coquetterie, alors non, j’avoue que c’est une corvée pour moi d’aller chez le coiffeur !  Pour ce qui est du féminisme, je pense que c’est exagérée que de me qualifier de féministe. Je suis pour l'égalité des droits, mais pas pour une parfaite symétrie entre les femmes et les hommes.

En parcourant tes posts, on ressent un air de menace sur la laïcité et les acquis de la femme tunisienne que t’essaies de combattre. Est-ce le cas ?

Parfaitement. Il y a dix, vingt ans et plus, on se disait tunisien tout court, on n’essayait pas de se coller à quelque chose. Maintenant, on se dit « arabe » avant tout, ce qui n’est pas vrai, car le tunisien est plus proche d’un maltais que d’un saoudien. Aujourd’hui, certains veulent s’identifier aux orientaux avec la femme soumise et toute la mentalité qui va avec, et d’autres veulent s’identifier aux occidentaux avec la mini-jupe et le verre de Vodka à la main. Il y a une grande perte d’identité.

Et à ton avis, en quoi tout cela est dû ?

Le système éducatif en premier lieu. Quand j’étais jeune, on parlait toujours d’une femme émancipée et éduquée. Quand on demandait à une jeune fille ce qu’elle voulait devenir plus tard, elle répondait : médecin, ingénieur, etc. Aujourd’hui, l’objectif des filles, c’est  se marier. Et attention, ne pas se marier avec n’importe qui, il faut qu’il ait de l’argent, une Mercedes…

Et qu’est-ce que t’as envie de dire à toutes ces filles ?

Qu’elles sont inconscientes. Inconscientes du fait que leurs droits ne sont pas définitivement acquis.

Et inconscientes du fait que des gens se sont battus pour qu’elles aient des droits qu’elles se permettent de mettre aujourd’hui en berne?

Exactement, cela leur a été trop facile.Et ce qui est trop facilement acquis risque de ne pas avoir de valeur.

Quand j’ai interviewé Tonton Jacob, il avait dit qu’à travers ton blog tu donnais une image qui n’est pas forcément la tienne. Est-ce que c’est vrai ?

En fait j’essaie de concilier la modernité avec les principes et les valeurs. C’est vrai que je m’attaque souvent au sujet de la religion car je refuse qu’on m’oblige à la pratiquer.  C'est vrai que je défends la liberté individuelle des gens, par exemple il m'est arrivé de prendre la défense de quelques blogueurs homosexuels en affirmant qu’entre adultes consentants, je ne vois pas le problème. Du coup, les gens s’attendent à une femme très libérée avec un décolleté profond, etc. Or ce n’est absolument pas le cas. Je déteste les « pétasses », je refuse qu’une femme trompe son mari, et d’ailleurs on me reproche  tout le temps d’être rigide sur ce plan. Mais autant je peux dire que je crois en l’amour, autant je peux dire que t’as pas le droit de sortir avec un homme marié, même si tu tombes raide dingue de lui.

Bien que t’aies des positions fermes sur plusieurs sujets, j’ai l’impression qu’avec tes billets, tu cherches « ta » réponse, à travers celles des autres. Est-ce que je me trompe ?

Je me pose des questions, mais je ne change pas de principes. Je cherche à comprendre le pourquoi. Tu sais, à mon âge on prend du recul et on voit plus ces choses là. J’essaie de comprendre comment  on peut se permettre, par exemple, de détruire une famille ? Comment ça se fait qu’on ne pense pas aux autres ?

J’ai bien ma petite idée sur ta philosophie de la vie, mais si on la résume en une phrase pour conclure?

Ne jamais faire à autrui ce qu’on n’aimerait pas qu’on nous fasse. 

Propos recueillis par Sarah B.H

Toutes les interviews et tous les articles de Blogorama

 


c-massir-270110-1.jpg