Publié le 19-01-2022

L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied

À l'été 2020, en pleine pandémie, Marwa Jabou Bessadok a finalement obtenu sa maîtrise en études des conflits de l'Université Saint-Paul. Mais au-delà du contexte extraordinaire de cette époque, c'est le parcours personnel de Marwa qui rend son succès encore plus remarquable.



L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied

Marwa, originaire de Tunisie, est arrivée au Canada en 2016. Elle sait que dans son pays d'origine, les gens vivent encore de nombreux défis. Les parents de Marwa, qui avaient quatre filles, ont toujours voulu que leurs enfants grandissent dans un monde où l'égalité était centrale. Marwa a été attirée par le programme d'études sur les conflits de l'Université Saint-Paul, car elle voulait approfondir ses connaissances sur la violence structurelle faite aux femmes et comprendre les liens entre les comportements humains, les conflits et la violence. Elle s'est fixé un objectif : "apporter [sa] contribution à la résolution et à la transformation des conflits pour faire du monde un endroit plus pacifique et plus équitable".

Marwa travaille sur ses études avec bébé CélineLe programme d'études sur les conflits l'intéressait particulièrement. Selon Marwa, tous les cours étaient pertinents et fascinants, mais ils comportaient aussi leur part de défis.

Au début, venant d'un système éducatif complètement différent, elle avait du mal à faire toutes les lectures et à comprendre comment écrire des dissertations. Mais avec l'aide de ses professeurs et des séances de travail à la bibliothèque, au bout de quelques mois, elle a pu lire des centaines de pages chaque semaine et passer ses examens, puis ses dissertations, au besoin. En deuxième année, enceinte de son deuxième enfant, elle se demandait si elle pouvait continuer ses études.

La conciliation travail-famille-études était un triple défi. Son mari, qui faisait un MBA, l'a beaucoup soutenue. Le couple s'occupait à tour de rôle de leur fils pendant que l'autre était à l'université. "Nous sommes très chanceuses lorsque nous avons un conjoint qui croit en nous, en l'égalité des sexes, et qui fait tout ce qu'il peut pour nous faire avancer", dit-elle. Ses professeurs lui ont également donné plus de temps pour terminer ses devoirs. Marwa a reçu beaucoup d'encouragement et de soutien de leur part et du personnel administratif de l'Université Saint-Paul.

Elle a passé ses examens alors qu'elle était enceinte de neuf mois et a repris ses études deux semaines après la naissance de sa fille, car dans son esprit, rien ne devait l'empêcher d'atteindre son objectif – même quand, en plein hiver, elle devait se faire opérer du genou. Jurant de terminer le semestre, elle est venue en classe avec des béquilles. Pour l'accommoder, ses cours ont eu lieu dans des salles de classe au rez-de-chaussée.

De toute évidence, rien ne pouvait entraver sa détermination. Son mari et sa mère ont soutenu son succès et ses enfants ont été son inspiration. Elle a également trouvé beaucoup de compréhension parmi ses professeurs et ses camarades de classe - tous les encouragements nécessaires au travail d'équipe. Le sentiment qui décrit le mieux ce qu'elle ressent maintenant qu'elle a son diplôme serait la fierté, avec une pointe de soulagement ! Ce furent trois années très chargées, mais comme le dit Marwa : " Quand tu as un rêve..."

Source : Lien