Publié le 17-11-2021

60 ème anniversaire des relations bilatérales entre la Tunisie et Le Mexique : des débuts de contacts à l’accréditation des premiers ambassadeurs

Le 16 novembre 2021 marque le soixantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Mexique et la Tunisie. Quelles sont ses origines ? Par son Excellence M. Gabriel Rosenzweig, ambassadeur du Mexique en Tunisie avec résidence à Alger.



60 ème anniversaire des relations bilatérales entre la Tunisie et Le Mexique : des débuts de contacts à l’accréditation des premiers ambassadeurs

La Tunisie était un protectorat français depuis 1881. Après l’indépendance, le 20 mars 1956, le pays s’est attelé à obtenir la reconnaissance de la communauté internationale en tant que pays souverain. Concernant le Mexique, les autorités tunisiennes avaient entamé des démarches en octobre de cette même année, par le biais de leur ambassade en France. La réponse, bien qu’indirecte, ne se fit pas attendre. Le 12 novembre 1956, le Mexique votait en faveur de la résolution 1112(XI) de l’Assemblée Générale des Nations Unies adoptant l’adhésion de la Tunisie à l’organisation et lui ouvrant, par conséquent, les portes de la communauté internationale.

En se prononçant pour l’adhésion de la Tunisie à l’ONU, le Mexique n’avait fait que réaffirmer sa détermination qu’il maintenait fermement depuis 1945, à appuyer les aspirations de libération des peuples sous domination coloniale. Cette même détermination explique le vote, en 1960, en faveur de la résolution 1514(XV) de l’AGONU proclamant la nécessité de mettre fin au colonialisme sous toutes ses formes et manifestations, ainsi que la décision d’envoyer, début 1961, une « mission de bonne volonté » vers treize pays d’Afrique, la plupart nouvellement indépendants, pour leur témoigner de son amitié et soutien. 

Ce fut précisément durant cette tournée, la première d’une délégation mexicaine en Afrique, que le Mexique et la Tunisie se sont engagés à asseoir les bases pour l’établissement des relations diplomatiques. Le 5 février de cette année-là, le chef de la délégation, M. Alejandro Carrillo Marcor, alors ambassadeur en Egypte, avait présenté la proposition à M. le Président Habib Bourguiba. Dans son rapport au Ministère des Affaires Etrangères du Mexique, M. Carrillo Marcor aurait signalé que M. le Président Bourguiba l’a non seulement accepté “avec enthousiasme”, mais avait annoncé aussi son intention de désigner son fils, M. Habib Bourguiba Jr., en tant qu’ambassadeur non résident au Mexique, une fois accrédité en qualité d’ambassadeur de Tunisie aux Etats-Unis.

L’officialisation des relations eut lieu neuf mois plus tard. En octobre 1961, le Ministre des Affaires Etrangères tunisien, M. Sadok Mokaddem, par le biais de la représentation permanente du Mexique auprès de l’ONU, avait envoyé au Ministre des Affaires Etrangères mexicain, M. Manuel Tello, un projet de déclaration conjointe. M. Tello l’avait accepté y apportant quelques modifications « pour l’adapter davantage à notre langue ». La déclaration avait été diffusée simultanément, au Mexique et en Tunisie, le 16 novembre et publiée dans la presse des deux pays le jour suivant. La partie essentielle spécifie que les deux gouvernements, « désireux de consolider les liens existants entre les deux pays et de renforcer l’amitié entre les deux peuples, ont convenu d’établir des relations diplomatiques » et de désigner des ambassadeurs.

L’accréditation de l’ambassadeur tunisien fut accordée rapidement. La Tunisie avait demandé l’agrément pour M. Bourguiba Jr., le 23 mars 1962, le Mexique l’avait accordé le 27 avril et celui-ci avait remis ses lettres de créance à M. le Président Adolfo López Mateos le 21 mai. Celle de l’ambassadeur mexicain avait pris plus de temps. M. Rafael Fuentes, père de l’écrivain Carlos Fuentes, fut désigné en avril 1964 et avait présenté ses lettres de créance en qualité d’ambassadeur avec résidence à Rome, en octobre de cette même année.

Depuis le 16 novembre 1961, le Mexique et la Tunisie maintiennent une relation cordiale, qui se caractérise par une étroite collaboration dans les forums multilatéraux et un souhait d’accroître leurs échanges :