Publié le 21-10-2021

UE : Profonde inquiétude quant aux pouvoirs concentrés entre les mains du président

Le Parlement européen vient de voter une motion présentée par onze eurodéputés du groupe parlementaire des Verts/Alliance libre européenne sur la situation en Tunisie.



UE : Profonde inquiétude quant aux pouvoirs concentrés entre les mains du président

Les institutions étatiques en Tunisie doivent reprendre un fonctionnement normal, ont déclaré les députés, exhortant les autorités à reprendre un dialogue national inclusif.

Dans une résolution sur la situation en Tunisie, les députés expriment leur profonde inquiétude quant à la forte concentration des pouvoirs entre les mains du président et appellent au respect de l'Etat de droit. Ils soulignent que la constitution et le cadre législatif doivent être préservés et que le pays a besoin d'un Parlement qui fonctionne bien et légitime.


Appelant au retour à une démocratie à part entière et à la reprise de l'activité parlementaire dans les plus brefs délais, les députés insistent pour que les autorités annoncent une feuille de route claire pour le retour à un fonctionnement normal de l'Etat.


S'engager dans un dialogue national inclusif


La résolution appelle également les autorités à éviter l'insécurité juridique créée par les interdictions de voyager, la surveillance de l'État et les assignations à résidence. Les procès des civils devant les tribunaux militaires sont très problématiques, soulignent les députés, appelant au rétablissement d'une justice indépendante qui conduirait à la réforme des tribunaux militaires en Tunisie et mettrait fin aux procès militaires des civils.


Ils exhortent les autorités à synthétiser efficacement un dialogue national égalitaire qui doit également inclure la société civile. La société civile en Tunisie est bien développée et a joué un rôle fondamental dans l'élaboration et le renforcement de la transition démocratique en Tunisie depuis 2011, rappellent les députés.


Les députés expriment également leurs inquiétudes quant aux ingérences étrangères qui sapent la démocratie tunisienne.


Garantir l'égalité des droits entre les femmes et les hommes


Le Parlement note que Najla Bouden Ramadhan a été nommée Premier ministre le 29 septembre et qu'au total dix femmes ont été nommées ministres. Néanmoins, les députés demandent au président de soutenir activement toutes les mesures visant à garantir l'égalité des droits entre les femmes et les hommes dans tous les domaines, y compris dans les lois qui doivent être réformées, car elles sont contre les droits de succession des femmes, les droits de garde des enfants, les droits accordés en tant du ménage et les droits du travail. .


Soulignant le besoin urgent de surmonter la crise socio-économique à laquelle le pays est confronté avec des réformes et des politiques structurelles., les députés demandent  de continuer à mettre en œuvre des programmes qui soutiennent directement les citoyens tunisiens et d'intensifier l'aide si nécessaire. Cela devrait inclure un soutien aux soins de santé via le système COVAX, pour aider le pays à gérer le grave impact de la pandémie de COVID-19, ajoutent-ils.


La résolution a été adoptée jeudi par 534 voix pour, 45 contre et 106 abstentions.