Publié le 21-07-2021

France-coronavirus : le passe sanitaire entre en vigueur dans ces lieux

«Nous sommes entrés dans la quatrième vague», a déclaré Gabriel Attal, lundi 19 juillet en sortant du Conseil des ministres. 



France-coronavirus : le passe sanitaire entre en vigueur dans ces lieux

Une observation confirmée le lendemain par Olivier Véran, qui note «un virus qui contamine à vitesse éclair», poussé par la propagation fulgurante du variant delta. En 24 heures, 18.000 nouveaux cas ont été enregistrés, une augmentation de la circulation du virus de l'ordre de 150% sur une semaine. Un Conseil de défense se tient d'ailleurs ce mercredi matin pour faire un point sur la situation, tandis que le premier ministre Jean Castex s'exprimera au 13h de TF1.

Pour aller au cinéma, au musée ou dans des établissements sportifs, les Français doivent désormais présenter une preuve de vaccination ou un test Covid-19. Dès ce mercredi 20 juillet, le passe sanitaire devient obligatoire dans ces lieux dès que plus de 50 personnes sont réunies.

Un vrai casse-tête notamment pour les gérants de cinéma qui craignent de perdre des spectateurs après une année particulièrement difficile. Pour Richard Patry, président de la Fédération Nationale des Cinémas Français, les salles sont «traitées comme les mauvais élèves» alors qu'il n'y a eu aucun foyer de contamination répertorié.
Le ministre de la Santé s'est voulu rassurant. Une fois vaccinés, les spectateurs ou visiteurs pourront faire tomber le masque, a annoncé Olivier Véran, ce dernier impliquant «qu'on est sûr que toutes les personnes qui rentrent sont vaccinées complètement ou ont un test très récent qui est négatif».
Au même moment, la loi devant rendre la vaccination obligatoire pour les soignants et élargir le passe sanitaire aux restaurants et aux trains début août est passée au crible par les députés français. «Si on en est au point où on vous demande de mettre en place un passe sanitaire, c'est parce qu'on n'a pas le temps et qu'on n'a pas le choix», a déclaré Olivier Véran pour convaincre l'Assemblée nationale de voter rapidement cette loi qui devrait rentrer en vigueur en fin de semaine malgré les 600 amendements prévus.

Tandis que les débats vont continuer voire s'intensifier toute la semaine dans l'Hémicycle, Emmanuel Macron préside ce mercredi matin un nouveau Conseil de défense et Jean Castex s'exprimera au 13 heures de TF1. L'objectif de 40 millions de premières doses injectées «devrait être atteint» fin juillet, avec un mois d'avance sur le tableau de marche initial, s'est félicité le premier ministre devant l'Assemblée.
AFP