Publié le 02-07-2021

Facebook propose de dénoncer ses amis que l’on soupçonne de radicalisation

Grâce à un nouveau dispositif en cours de test, les utilisateurs de Facebook pourront signaler leurs amis soupçonnés de radicalisation. Si certains consultent des publications jugées extrémistes, ils seront invités à se rendre sur des pages destinées à leur faire changer d’avis.



Facebook propose de dénoncer ses amis que l’on soupçonne de radicalisation

Critiqué pour sa lutte insuffisante contre l’extrémisme, Facebook teste un dispositif permettant de désigner les utilisateurs soupçonnés de radicalisation.

Certains se verront proposer d’alerter le réseau social sur leurs contacts susceptibles d’être extrémistes, rapporte CNN.

D'autres seront informés du fait qu'ils ont pu avoir été exposés à des contenus extrémistes.

«Vous inquiétez-vous qu'une de vos connaissances se radicalise? Nous tenons à empêcher l'extrémisme sur Facebook. D'autres personnes dans votre situation ont bénéficié de soutien de manière confidentielle», indique un message repéré par un utilisateur francophone.

Un autre type de message incite à consulter des pages d’aide censées dissuader les utilisateurs susceptibles de visiter des groupes qui «tentent d’utiliser [leur] colère et déception».

Ces nouveaux outils du réseau social font partie «de [son] travail plus large pour évaluer les moyens de fournir des ressources et un soutien aux personnes sur Facebook qui peuvent avoir été impliquées ou exposées à du contenu extrémiste, ou qui peuvent connaître quelqu'un qui est à risque», a déclaré auprès de CNN Andy Stone, porte-parole du réseau social.

Cependant, le sort des publications extrémistes en elles-mêmes et des comptes perçus comme tels reste inconnu.


Sputnik